/finance/homepage

La COVID-19 engendre des surplus de lait

Jean Houle | TVA Nouvelles

Les producteurs laitiers du Québec ont encaissé de nombreux coups durs au fil des ans. La crise de la COVID-19 s'ajoute à la liste.

• À lire aussi: EN DIRECT | Les derniers développements sur le coronavirus

• À lire aussi: Un niveau d'anxiété «sans précédent»

L'industrie laitière vient de perdre 35 % de son marché, avec la fermeture des restaurants, des écoles et des hôtels, jumelée à la diminution pour la demande de crème glacée et de fromages fins. Uniquement la semaine dernière, un surplus de 3 millions de litres de lait a été remis aux banques alimentaires.

« La hausse des ventes en épicerie ne suffit pas à compenser », dit le président de la Fédération des producteurs de lait du Saguenay-Lac-Saint-Jean, Daniel Gobeil.

« Ce serait bien si les marchés d'alimentation ne limitaient plus les quantités par acheteur. Du lait, le Québec n'en manquera pas! »

Les producteurs s'attendent à devoir composer avec les contrecoups du coronavirus pendant de longs mois encore. Même une hypothétique relance de l'économie en mai n'empêchera pas les producteurs d'être confrontés à des choix déchirants.

« Nos ventes sont toujours plus creuses en juin, juillet et août, a expliqué M. Gobeil. On va donc mettre les vaches au repos, réduire la traite, mais on devra tout de même continuer de les nourrir. »

Des mesures plus draconiennes pourraient être prises si la situation s’envenime.

« L'autre solution, qu'on ne veut pas voir, serait de vendre nos bêtes pour la viande. Mais personne ne veut en arriver là », a précisé le président de la Fédération des producteurs de lait du Saguenay-Lac-Saint-Jean.

Québec et Ottawa sont sollicités pour adopter des mesures de soutien. Limiter l'accès aux importations laitières par le fédéral serait un bon début, estime monsieur Gobeil.

Le Saguenay-Lac-Saint-Jean compte présentement 275 producteurs laitiers. Le président Gobeil craint que certains ne puissent traverser la crise.

Dans la même catégorie