/news/coronavirus

La PCU n'aide pas tous les travailleurs touchés par la COVID-19, reconnait Morneau

Émilie Bergeron

Le ministre des Finances, Bill Morneau, admet que la Prestation canadienne d’urgence (PCU) de 2000 $ par mois pour aider ceux qui se retrouvent sans emploi en raison de la COVID-19 échoue à répondre aux besoins de tous les travailleurs touchés par la pandémie.

«Je reconnais que cette situation présente des défis pour les personnes qui gagnent toujours un certain revenu [mais] nous n’avons pas la capacité d’administrer différents types de plans tout en fournissant l’argent rapidement», a-t-il dit jeudi durant une réunion téléphonique du comité parlementaire des finances.

Le ministre a expliqué qu’il valait mieux avoir un petit nombre de critères d’admissibilité afin que le système puisse être rapidement déployé et l’aide acheminée aussitôt.

La PCU est accessible aux travailleurs qui n’ont plus du tout de revenus en raison de la pandémie et qui ont gagné au moins 5000 $ en 2019. Or, ceux qui ont à composer avec une importante diminution d’heures de travail et qui continuent à toucher un revenu, même si celui-ci est maigre, ne sont pas éligibles.

«Notre approche est de trouver une solution qui est simple, efficace et qui peut être administrée aussitôt que possible», a ajouté M. Morneau. Il a du même souffle affirmé que le gouvernement travaille sur une façon d’aider les travailleurs qui ne peuvent pas toucher la PCU, mais qui ont tout de même de la difficulté à joindre les deux bouts. Il a indiqué que de nouveaux détails seraient donnés prochainement.

L’inscription à la PCU débutera lundi prochain. Les délais de traitement sont estimés à trois à cinq jours par dépôt direct et à environ 10 jours pour l’envoi de chèques.

L’aide mensuelle est de 2000 $ pendant quatre mois.

Par ailleurs, les délais de traitement devraient aussi être de trois jours ouvrables pour les demandes de subvention salariale. C’est ce qu’a indiqué Frank Vermaeten, commissaire adjoint à l’Agence du revenu du Canada (ARC). Il faudra toutefois attendre le lancement du portail d'inscription par l'ARC, ce qui prendra de trois à six semaines.

Mercredi, le fédéral dévoilait les détails entourant cette aide pouvant couvrir jusqu’à 75 % de la première tranche de 58 700 $ de salaire que gagne un employé. Les entreprises, peu importe leur taille, devront démontrer que leurs revenus ont chuté de 30 %, par rapport à la même période l’an dernier, en raison de la COVID-19. La mesure économique coûtera 71 milliards $ au Trésor public.

Dans la même catégorie