/news/coronavirus

Le gouvernement accusé «d’abandonner» des travailleurs

Agence QMI

La Centrale des syndicats du Québec (CSQ) déplore que des primes COVID-19 soient accordées uniquement au personnel de la santé en contact direct avec le virus et pas à d’autres corps de métier pourtant en première ligne. 

Plusieurs syndicats ont demandé dans les derniers jours une prime spéciale pour les travailleurs des services essentiels en ces temps de crise. Or, le boni accordé finalement par le gouvernement est dénoncé, jeudi, par la CSQ pour son «caractère très limitatif et discrétionnaire». 

«La mesure annoncée par le gouvernement est nettement insuffisante puisqu'elle ne vise qu'une infime partie des travailleuses et des travailleurs qui risquent de contracter la maladie, excluant des milliers d'autres dont la santé est également à risque», a affirmé la présidente de la CSQ, Sonia Éthier, par voie de communiqué, jeudi. 

Selon la responsable syndicale, si le personnel de la santé «mérite amplement» cette prime, c’est aussi le cas des intervenantes en petite enfance, le personnel de soutien scolaire qui n’y ont pourtant pas accès. 

«Le gouvernement n'a pas le droit d'exclure des personnes qui vivent aussi une profonde inquiétude et de l'angoisse parce qu'elles risquent chaque jour de contracter la COVID-19 et de la transmettre à leurs proches», a ajouté M. Ethier. 

La CSQ représente plus de 200 000 membres, dont environ 125 000 font partie du personnel de l'éducation.