/news/culture

Pertes énormes pour la compagnie de Robert Lepage

Un manque à gagner prévisible d’un demi-million de dollars pour la compagnie de Robert Lepage

Yves Leclerc | Journal de Québec

Rétrospective 2016

Photo d'archives, Érick Labbé

Ex Machina, la compagnie de création de Robert Lepage, s’attend, avec l’annulation et le report de ses différentes créations, à un manque à gagner qui pourrait atteindre un demi-million de dollars. 

«C’est une évaluation sommaire, mais l’impact financier sera majeur», a laissé tomber, lors d’un entretien téléphonique, Michel Bernatchez, producteur chez Ex Machina. 

Au cours des dernières semaines, plusieurs spectacles d’Ex Machina ont été annulés ou reporté en raison de la crise actuelle. Des annulations qu’il a qualifiées de chocs successifs. 

La tout a débuté avec les représentations du spectacle solo 887 de Robert Lepage qui devait être présentée en Chine et celles de La Face cachée de la lune qui étaient prévues à Taïwan, où la Covid-19 a initialement frappé. 

L’effet domino qui a suivi a amené l’annulation de celles de 887 à Manchester au Royaume-Uni et en Roumanie et celles de la pièce Quills qui devaient être à l’affiche au Diamant à Québec. 

Les deux dernières de neuf représentations du spectacle Les Sept branches de la rivière Ota au Théâtre National de Londres et les deux qui étaient prévues à Le Havre en France ont subi le même sort. 

Certains spectacles sont reportés, mais il est impossible, pour le moment, de cibler des dates précises. 

La première mondiale du spectacle Nova prévue le 23 mai à Tokyo et la tournée japonaise qui devait suivre ont été suspendues. 

«Des répétitions devaient avoir lui à la fin du mois d’avril au Japon avant sa présentation qui était suivi d’une tournée japonaise», a fait savoir Michel Bernatchez. 

Les séances de travail avec le Théâtre des Nations de Russie pour le spectacle Le maître et marguerite sont aussi sur le mode pause. La délégation russe devait revenir répéter à Québec en juin après une première visite en décembre dernier. 

Réduire le choc 

Certains projets qui sont actuellement dans les cartons d’Ex Machina pourraient, selon la durée de la crise, être en péril. 

«On espère que notre santé financière et celle de nos partenaires vont nous permettre, un jour, de remettre ces trains sur leurs rails. Nous ne sommes pas là en ce moment. Les prochaines semaines seront révélatrices», a indiqué Michel Bernatchez. 

Les équipes et les comédiens qui étaient à Londres pour les Sept branches de la rivière Ota, incluant le metteur en scène Robert Lepage, ont tous pu revenir à la maison afin de vivre la période de confinement obligatoire. 

Ex Machina est en pause, sauf en ce qui concerne la gestion des différentes annulations. Il se fait, toutefois, un peu de travail préliminaire, de façon individuelle, sur certains projets. 

«Il ne faut pas que cette crise interrompe nos activités au point où on ne sera pas capable de générer des revenus dans un an ou un an et demi. L’idée c’est que le choc courant ne devienne pas un choc permanent», a-t-il précisé.