/news/coronavirus

Policiers plus stricts : «On ne veut pas contraindre encore plus les déplacements»

TVA Nouvelles

Le premier ministre François Legault a haussé le ton jeudi à l’égard des personnes récalcitrantes qui ne se plieraient pas aux consignes de confinement, maintenant déclarées il y a plus de 14 jours. 

• À lire aussi: Valérie Plante pourrait fermer les parcs de la métropole

• À lire aussi: La police ne contrôle pas les joggeurs, assure la mairesse Plante

D’abord appelé à sensibiliser la population, le Service de police de la Ville de Montréal (SPVM), les agents de la paix ont dorénavant le devoir de se montrer plus stricts envers ceux et celles qui prennent à la légère les consignes de distanciation sociale, entre autres.

«Dans l’ensemble de la population montréalaise, les citoyens en général ont été très réceptifs et compréhensifs et comme dans toute situation malheureusement, on en vient à être confrontés à des personnes plus récalcitrantes», explique André Durocher, inspecteur au cabinet du directeur du SPVM, en entrevue à LCN.

«L’objectif qu’on recherche évidemment, c’est de faire en sorte qu’on a pas à en venir à une situation où on devrait contraindre encore plus les déplacements» poursuit l’inspecteur, en mentionnant qu’il est important pour certains montréalais d’aller prendre des marches dans les lieux publics.

«On ne voudrait pas avoir à fermer les parcs justement parce qu’une minorité d’irréductibles ne veulent pas comprendre le gros bon sens!», réitère M. Durocher.

«Ce ne sont pas des contraventions»

En entrevue avec Julie Marcoux, André Durocher a tenu à souligner que les contrevenants ne se feront pas remettre de contravention par les policiers, mais bien un constat d’infraction général.

Ce type de rapport, qui relève de la loi sur la santé publique, sera ensuite acheminé au Directeur des poursuites criminelles et pénales (DPCP) qui devra porter un jugement et déterminer s’il y a lieu ou non de déposer une accusation. 

Ainsi, les contrevenants qui feront face à une accusation peuvent se voir imposer une amende qui variera entre 1000$ et 6000$, comme l’a indiqué François Legault en conférence de presse.