/news/coronavirus

Sorties alternées des hommes et des femmes au Pérou

Agence France-Presse

Le Pérou a renforcé jeudi les restrictions des déplacements dans le cadre de la lutte contre le coronavirus en interdisant que les hommes et les femmes sortent ensemble dans les rues et en imposant des sorties alternées selon le genre. 

• À lire aussi: La moitié de l'humanité appelée à se confiner 

• À lire aussi: Un vol de rapatriement inquiétant 

En vertu de cette mesure insolite, annoncée par le président péruvien Martin Vizcarra, les personnes de sexe masculin ne pourront désormais sortir de leur domicile que le lundi, le mercredi et le vendredi, tandis que les femmes, elles, ne seront autorisées à le faire que le mardi, le jeudi et le samedi. Le dimanche, personne n'aura le droit de sortir. 

«Il nous reste dix jours, faisons cet effort supplémentaire pour contrôler cette maladie», a déclaré le président au cours d'une conférence de presse. Il a précisé que la mesure serait en vigueur jusqu’au 12 avril, date prévue pour la fin du confinement en vigueur au Pérou depuis le 16 mars. 

Une mesure identique est appliquée au Panama, où l'on compte 32 morts et 1317 cas de contamination, selon les derniers chiffres officiels. 

Le Pérou, lui, comptait jeudi 1414 cas confirmés de contamination par la COVID-19 et 55 morts. Le premier décès avait été enregistré le 6 mars. 

M. Vizcarra a déclaré que la nouvelle mesure visait à réduire de moitié le nombre des personnes circulant dans les rues à un moment donné, car les restrictions déjà appliquées n'étaient pas suffisantes. «Les mesures de contrôle (en vigueur) ont donné de bons résultats, mais pas ceux qui étaient espérés», a-t-il dit. 

Cette alternance entre hommes et femmes ne s'appliquera pas aux employés des services essentiels qui fonctionnent pendant l'état d'urgence sanitaire, marchés, banques, pharmacies et hôpitaux. 

M. Vizcarra a souligné que les militaires et les policiers qui patrouillent dans les rues devraient dans ces circonstances particulières respecter les transsexuels. «Les forces armées et la police ont des instructions de ne pas avoir d'attitudes homophobes», a-t-il déclaré. 

Le Pérou est sous couvre-feu nocturne et sa population est en confinement obligatoire depuis près de trois semaines. 

De plus, le pays a fermé ses frontières, sauf pour le passage de marchandises, et a suspendu les cours dans les établissements d'enseignement. 

Pour remédier à la perte massive de revenus générée par la crise du coronavirus, le gouvernement prévoit un programme d'aide économique estimé à 30 milliards de soles (environ 8,5 milliards de dollars) afin de redynamiser l'économie nationale.