/news/coronavirus

Coup de pouce pour les PME du Québec

Agence QMI

Les petites et moyennes entreprises du Québec vont pouvoir bénéficier d’une aide supplémentaire de 150 millions $ pour faire face aux répercussions de la COVID-19.  

• À lire aussi: L’industrie du camionnage en grande fragilité, dit l’ACQ  

• À lire aussi: EN DIRECT | Les derniers développements sur le coronavirus  

• À lire aussi: Plus de 24 000 répits d’hypothèque à la Banque Nationale  

Annoncé vendredi par Québec, ce coup de pouce est destiné aux PME qui ont besoin de liquidités pour un montant inférieur à 50 000 $ pour leur fonds de roulement.  

Cette enveloppe initiale de 150 millions $ sera répartie comme suit: 40 millions $ pour Montréal, 10 millions $ pour Québec et les autres municipalités régionales de comté (MRC) et territoires équivalents se partageront 100 millions $.  

Tous les secteurs d'activité sont visés, notamment les coopératives, les organismes à but non lucratif ou encore les entreprises d'économie sociale réalisant des activités commerciales. Les entreprises pourront ainsi obtenir un prêt ou une garantie de prêt d'un montant maximal de 50 000 $, afin de pallier le manque de liquidités lié à la COVID-19.  

Outre cette aide d’urgence, Québec a aussi prolongé de deux ans, soit jusqu'au 31 décembre 2022, les Fonds locaux d'investissement (FLI) tout en consentant à des assouplissements des conditions, à cet outil financier mis en place pour soutenir les entreprises des MRC.  

«Nous répondons à l'appel des entreprises qui ont besoin d'une aide financière d'un montant inférieur à 50 000 $ pour atténuer les répercussions de la COVID-19», a souligné le ministre de l'Économie et de l'Innovation, Pierre Fitzgibbon.  

«Un appui non négligeable»  

Le Conseil du patronat du Québec (CPQ) a salué la mesure, estimant que les «150 millions $ supplémentaires annoncés [vendredi] par le gouvernement du Québec représentent un appui non négligeable pour les PME de toutes les régions du Québec qui se retrouvent dans une situation précaire en raison de la pandémie», a dit Yves-Thomas Dorval, président et chef de la direction du CPQ.  

Même son de cloche du côté de la Fédération canadienne de l’entreprise indépendante (FCEI), qui souligne toutefois que d’autres actions sont souhaitables.  

«De nombreux dirigeants de PME ont mentionné à la FCEI tomber entre les mailles du filet. Toute action gouvernementale supplémentaire pour les aider doit être soulignée. Nous remercions le gouvernement du Québec pour les nouvelles mesures annoncées qui pourront rejoindre certaines petites et moyennes entreprises», a dit François Vincent, vice-président Québec à la FCEI.  

Selon la FCEI, 85 % des PME sont fermées partiellement ou complètement et les pertes moyennes par entreprise au Québec se chiffrent à près de 155 000 $ depuis l’implantation de mesures gouvernementales pour freiner la propagation du virus.  

«Pour les dirigeants de PME, les décisions difficiles se comptent en jours, voire en heures. Nous demandons à tous les leaders de la société civile d'unir leur voix pour sauver le plus d'entreprises et d'emplois possibles. Agir maintenant pour sauver nos PME, c'est agir pour notre présent et notre avenir», a ajouté M. Vincent. 

La Fédération des chambres de commerce du Québec (FCCQ) a aussi salué cette aide additionnelle, mais elle souligne toutefois que «des préoccupations demeurent quant aux modalités entourant les garanties de prêt et les prêts», a dit Charles Milliard, président-directeur général de la FCCQ. 

«La FCCQ préconisait une aide financière directe, afin de s'assurer de limiter l'endettement des entreprises et qu'elles puissent redémarrer leurs opérations normales le plus rapidement possible, au moment de la reprise économique», a poursuivi M. Milliard.

Dans la même catégorie