/news/coronavirus

L’armée en renfort dans le Nord-du-Québec, à la demande du gouvernement Legault

Pierre-Paul Biron | Journal de Québec

Des militaires canadiens seront mobilisés afin de prêter main-forte aux communautés autochtones du Nord-du-Québec dans leur lutte à la COVID-19. C’est le gouvernement du Québec qui en a fait la demande à Ottawa.

La nouvelle a été confirmée vendredi par Justin Trudeau lors de son point de presse quotidien. Le premier ministre a précisé répondre par cette mesure à une demande du gouvernement québécois. Ce sont les Rangers canadiens qui seront mobilisés, eux qui sont déjà installés dans le nord du pays. 

«Ce que je comprends, c’est qu’au Nunavik les Rangers vont être là pour aider à installer des tentes et de l’infrastructure médicale», a indiqué M. Trudeau, précisant que le nombre exact de soldats restait à être confirmé. 

Connaissance du nord 

François Legault a de son côté expliqué avoir fait appel aux Forces armées canadiennes vu leur proximité avec les communautés du nord. 

«Les Rangers sont déjà là. On pense que c’est une bonne idée d’utiliser leurs services pendant la crise dans le nord. C’est pour ça qu’on a demandé la permission», a souligné le premier ministre lors de son point de presse en début d’après-midi. 

Ce dernier a d’ailleurs assuré que la présence de militaires dans les communautés nordiques n’augmentait pas le risque de transmission du virus et ne nécessitait pas de tests supplémentaires puisque les militaires sont déjà sur place. 

Évaluation des besoins 

Les Forces armées canadiennes doivent maintenant évaluer rapidement les besoins de Québec dans ce dossier et préparer la mobilisation. On assure toutefois s’être préparé à une telle demande. 

«Comme nous l’avons déjà dit, les membres des Forces armées canadiennes sont bien entraînés et se tiennent prêts à venir en aide aux autorités civiles dans le cadre d’une crise au Canada», a précisé par courriel le bureau de relations avec les médias des Forces armées. 

«Puisque la province de Québec a demandé notre aide, nous allons maintenant procéder à la coordination du soutien des FAC, déterminer le nombre de militaires et de ressources requis pour effectuer les tâches précises demandées et achever les plans de mobilisation à l’échelle locale», ajoute-t-on. 

Confinement au Nunavik 

L’intervention de l’armée canadienne vient au lendemain de la décision de la Santé publique du Nunavik d’imposer un confinement complet aux 14 communautés de l’endroit. La mesure met notamment fin à l’ensemble des vols vers le Nunavik, excepté ceux permettant l’envoi de marchandises, d’urgences médicales ou l’arrivée de travailleurs des services essentiels. 

«Ce n’est pas une décision qui a été prise à la légère; nous croyons fermement qu’il s’agit de la meilleure façon de réduire le risque de transmission entre les communautés. Nous devons travailler ensemble afin de protéger les aînés et les membres les plus vulnérables de toutes nos communautés», affirmé la Dre Marie Rochette, directrice de la Santé publique de l’endroit. 

On recense pour l’instant deux cas positifs de coronavirus dans les communautés du Nunavik 

Les Rangers canadiens en bref :  

  • Militaires membres de la réserve des Forces armées Canadiennes 
  • Assurent une présence militaire dans les régions peu peuplées du nord du Canada, le long des côtes et dans les endroits isolés 
  • Le 2e Groupe de patrouilles, basé à Saint-Jean-sur-Richelieu, est responsable du Nord-du-Québec. Il compte un peu moins de 800 rangers selon le site web de l’organisation. 

Dans la même catégorie