/news/politics

Les Communes pourraient siéger de manière virtuelle

Agence QMI

Le gouvernement libéral de Justin Trudeau souhaite que la Chambre des communes recommence à siéger, mais en télétravail.

Le leader du gouvernement, Pablo Rodriguez, a demandé dimanche au président de la Chambre, Anthony Rota, s’il était possible que le Parlement reprenne ses travaux de manière virtuelle.

• À lire aussi: EN DIRECT | Tous les derniers développements sur le coronavirus  

«Je comprends que, pour procéder ainsi, il faudra apporter des modifications importantes au Règlement de la Chambre des communes et tenir des consultations avec tous les partis. Avant d’entreprendre des démarches en ce sens, j’espérais pouvoir obtenir de votre bureau des conseils et des idées sur la façon de mener à bien ce projet», peut-on lire dans la lettre de Pablo Rodriguez adressée à M. Rota.

La session parlementaire est suspendue depuis le 13 mars, mais une trentaine de députés, soit dix fois moins qu’à l’habitude, se sont réunis la semaine dernière de manière exceptionnelle afin de pouvoir adopter le plan d’aide financière du gouvernement Trudeau. Une trentaine d’élus, de tous partis confondus, doivent également siéger la semaine prochaine, malgré la suspension.

Officiellement, la Chambre des Communes est fermée jusqu’au 20 avril en raison de la pandémie de COVID-19, mais le Bloc Québécois doute que les travaux puissent reprendre à cette date.

Le parti s’est donc dit lui aussi favorable, dimanche, à une reprise des travaux de manière virtuelle.

«Le gouvernement doit rendre des comptes à la Chambre et tous les députés doivent pouvoir bénéficier de cette tribune pour formuler des critiques, mais surtout des propositions», a déclaré par communiqué le chef du Bloc Québécois, Yves-François Blanchet.

Andrew Scheer nuancé

Quant à Andrew Scheer, qui est toujours chef du Parti conservateur en attendant qu’on lui trouve un remplaçant, il considère lui aussi que cette manière de fonctionner est intéressante dans le contexte actuel.

Il apporte cependant une nuance. Selon Andrew Scheer, pour être efficaces, les séances parlementaires virtuelles devraient être complémentaires à des séances exceptionnelles avec une trentaine de députés physiquement au Parlement, comme celle qui s’est déroulée la semaine passée.

«Nous avons déjà montré qu’un petit nombre de députés, représentant les différents partis, peuvent suivre les directives sur la santé publique tout en exécutant leurs fonctions parlementaires», a défendu le chef conservateur par communiqué.

Dans la même catégorie