/news/society

Des cours à distance dans les cégeps

TVA Nouvelles

Les cégeps du Québec ont commencé lundi à offrir de la formation à distance après avoir été mis en pause depuis le 13 mars.

Cela représente un défi pour les étudiants, mais aussi pour les professeurs dont l’accès aux écoles est interdit depuis la semaine dernière.

Il leur est donc impossible d’aller y chercher du matériel pédagogique ou un ordinateur.

«C'est un défi, alors qu'on a 133 programmes techniques, 9 programmes préuniversitaires, des gens sur tout le territoire du Québec, avec des secteurs qui sont moins bien desservis au niveau internet», fait savoir le président de la Fédération des cégeps, Bernard Tremblay.

Les directions de tous les cégeps questionnées par TVA Nouvelles témoignent de la mobilisation du personnel pour y arriver.

Même si certains, dans le Bas-Saint-Laurent notamment, ne reprendront les cours qu'après Pâques. 

Compte tenu des inégalités dans le réseau, la Fédération étudiante collégiale du Québec réclame la suspension de la cote R pour la session. 

De son côté, le ministre promet de donner de l'air au réseau. Élimination de la notion d'échec ou des notes, dans certains cas. Les cours pourront aussi être incomplets. 

«Tous les acquis qui sont faits, on les garde, et un peu plus tard - parce qu'on va finir par passer à travers -, les étudiants n'auront pas à reprendre la session au complet. Ils pourront simplement compléter ce qui manque et se faire créditer le tout», explique le ministre de l’Éducation, Jean-François Roberge. 

Dans certains établissements, comme le collège Ahuntsic, on demande aux enseignants et aux finissants dans certaines matières, d'aller prêter main-forte dans le réseau de la santé.