/news/coronavirus

Une centaine de cas de COVID-19 dans un CHSLD de Laval

Dominique Scali | Journal de Montréal

Une centaine de cas de COVID-19 sont maintenant confirmés dans un CHSLD de Laval. Deux foyers d’éclosion touchant une cinquantaine de personnes ont également émergé dans un hôpital spécialisé en soins gériatriques à Montréal.    

Pas moins de 105 résidents sont atteints de la COVID-19 au CHSLD de Ste-Dorothée, confirme Judith Goudreau du CISSS de Laval.    

Un nouveau décès est survenu hier, sur un total de huit pour ce centre.    

Une trentaine de personnes avaient déjà reçu un résultat positif à la COVID-19 dans les dernières semaines. Vendredi, l’établissement a donc décidé de dépister l’ensemble de ses résidents pour avoir un portrait juste de l’éclosion, indique Mme Goudreau.    

Cette ronde généralisée de tests a permis de détecter 69 nouveaux cas, portant le total au-delà de la centaine, explique-t-elle.    

Éclosions à l’institut de gériatrie    

Du côté de l’Institut de gériatrie de Montréal (IUGM), deux éclosions sont maintenant confirmées, indique Jean-Nicolas Aubé, porte-parole du CIUSSS-du-Centre-Sud-de-l’Île-de-Montréal.    

Au total, 13 cas ont été confirmés à l’IUGM et pas moins de 39 cas au pavillon Alfred-Desrochers, un centre d’hébergement situé à un jet de pierre de l’hôpital spécialisé en soins aux personnes âgées.    

On compte déjà 9 décès au pavillon Alfred-Desrochers, un chiffre qui fait partie du bilan des morts qui a été annoncé aujourd’hui pour l’ensemble du Québec, selon le porte-parole.    

«Chaque décès est un décès de trop», avoue M. Aubé, qui précise que l’établissement tient à prendre le temps d’offrir ses sincères sympathies aux familles des victimes.     

En plus des résidents, 8 employés de l’IUGM ont également été testés positifs.    

Une enquête épidémiologique est en cours pour déterminer notamment la source de l’éclosion, ajoute M. Aubé.    

«Nos équipes travaillent scrupuleusement au quotidien pour freiner l’évolution de [la COVID-19].»    

«Mais c’est difficile parce qu’on se bat contre un ennemi invisible», conclut-il.

Dans la même catégorie