/news/currentevents

Il y a 2 ans, un accident décimait les Broncos

Agence QMI

Il y a exactement deux ans survenait une tragédie qui a ému le Canada entier avec l’accident d’autocar qui a décimé l’équipe de hockey junior des Broncos de Humboldt de la Saskatchewan  

L’autocar a été heurté de plein fouet par un camion semi-remorque qui avait omis de s’arrêter à une intersection de routes rurales au nord de Tisdale. Le bilan : 16 morts et 13 blessés.  

• À lire aussi: 12 tragiques accidents hautement médiatisés de la dernière décennie  

• À lire aussi: Le message fort d’un survivant de Humboldt  

• À lire aussi: Humboldt marque le premier anniversaire de l’accident qui a décimé ses Broncos  

• À lire aussi: Tragédie des Broncos de Humboldt: huit ans de prison pour le camionneur  

«Aujourd’hui, j’encourage les Canadiens à prendre un moment pour penser aux familles et aux amis qui ont perdu un proche et aux nombreuses personnes qui continuent à se remettre du traumatisme et des blessures causés par l’accident. Alors qu’ils réapprennent à vivre avec la perte, le chagrin et même des sentiments de colère, nous nous joignons à eux pour pleurer ceux que nous avons perdus trop tôt», a affirmé le premier ministre Justin Trudeau par communiqué, lundi.  

Le conducteur du camion fautif, Jaskirat Singh Sidhu, qui était peu expérimenté, a écopé d’une peine de huit ans de prison l’an dernier pour cet accident. Quant au propriétaire du camion, Sukhmander Singh, qui dirige l’entreprise Adesh Deol Trucking de Calgary a reconnu sa culpabilité pour différentes violations des règles régissant le secteur des transports. Il a écopé d’une amende de 5000 $.  

«L’ampleur du soutien qui a été manifesté à travers le pays ne sera jamais oubliée. Nous nous souviendrons des chandails qu’ont portés de nombreux Canadiens, des bâtons de hockey appuyés contre des portes d’entrée d’un bout à l’autre du pays et des dons recueillis pour aider les familles et les survivants», a précisé Justin Trudeau.  

À la suite de cette tragédie, plusieurs poursuites civiles ont été déposées par les familles des victimes contre le chauffeur du camion, l’entreprise de camionnage qui l’embauchait et même contre le fabricant de l’autocar. Elles n’ont pas encore été réglées.