/news/coronavirus

Un dépanneur est la cible de critiques et de menaces

Guillaume Cyr

Un dépanneur de Lachine a été la cible de critiques après que des citoyens aient appris que la femme d’un employé était atteinte de la COVID-19. 

Jeudi dernier, vers 18 h, un livreur du Provi-Soir situé au 695 rue Notre-Dame a appris pendant qu'il était au travail que sa femme avait été déclarée positive au coronavirus. 

• À lire aussi: Le cap des 250 décès liés à la COVID-19 dépassé au Canada 

• À lire aussi: Tout sur Le Panier Bleu du gouvernement du Québec  

Il est alors retourné à la maison pour se mettre en isolement pendant 14 jours et le magasin a fermé ses portes comme à l’habitude à 23 h, ce qui a inquiété une partie de la clientèle. 

Une équipe de décontamination a nettoyé l’endroit le lendemain matin avant l’arrivée des clients, ce qui a été documenté sur les réseaux sociaux par un employé. Les publications Facebook ont créé de vives réactions, alors que certaines personnes recommandaient de carrément fermer le dépanneur pour ne pas prendre de chance. 

«On s’est assuré avec les autorités de santé publique que tout était sécuritaire et connaître les procédures à suivre. On a même payé 1500 $ pour décontaminer totalement les lieux et chaque produit», confirme l'un des propriétaires de l'endroit, Sam Wahad. 

Une dizaine de personnes l’ont appelé pour s’assurer que tout était conforme et qu’aucun risque n’était encouru pour les clients, ce qu’il trouvait justifié. 

Le propriétaire a toutefois reçu deux appels plus menaçants par téléphone. 

«Une dame m’a dit que si une éclosion arrivait chez ses amis, ça allait être de notre faute», relate-t-il. 

M. Wahad souligne que les dépanneurs sont des services essentiels et que l’équipe fait tout en son possible pour protéger la santé des employés et rester ouvert pour les citoyens du quartier. 

«On met à risque nos vies et on fait tout en notre possible pour se protéger. Mais ce sera beaucoup plus difficile bientôt, car les gants et les masques seront plus rares et le gouvernement ne nous en fournit pas», a souligné l’un des employés du dépanneur.

Dans la même catégorie