/news/coronavirus

#cavabienaller devient une marque de commerce

Diane Tremblay

Photo Jean-François Desgagnés

L’instigatrice du mouvement #cavabienaller au Québec, Gabriella Cucinelli, a décidé de déposer une demande d’enregistrement de la marque au profit de l’organisme de bienfaisance la Cantine pour tous. 

• À lire aussi: Tempête printanière prévue ce jeudi

• À lire aussi: Des chaussettes pour garder le moral

Elle cède la licence à l’organisme de bienfaisance panquébécois la Cantine pour tous qui regroupe des organisations et des entreprises collectives souhaitant développer leurs services alimentaires pour mieux répondre aux besoins de leurs clientèles. 

De cette façon, Mme Cucinelli veut aider à combattre l’insécurité alimentaire qui affecte de plus en plus de Québécois en cette période de crise. 

«En quelques jours, le mouvement a pris une ampleur insoupçonnée», a partagé Mme Cucinelli qui réside à Québec. 

Originaire d’Italie, c’est à cette mère de famille que l’on attribue la première publication sur Facebook du message #cavabienaller avec l’arc-en-ciel, au Québec. Dans plusieurs pays, l’arc-en-ciel est devenu un symbole d’espoir. 

Elle a demandé la permission aux organisateurs du mouvement italien #andratuttobene d’adapter le message pour le Québec. Sa publication Facebook a rapidement été relayée par les membres d’un groupe réunissant quelque 26 000 éducatrices en garderie. 

Le message a fait boule de neige. De nombreux foyers québécois ont adopté ce symbole d’espoir en affichant aux fenêtres des dessins d’arcs-en-ciel. Les foyers pourront continuer à le faire sans s’inquiéter, a-t-elle assuré.   

L’enregistrement de la marque ne vise pas les particuliers, mais plutôt les entreprises qui voudront l’exploiter commercialement. Elles pourront le faire, mais en versant un don à la Cantine pour tous. 

«Je veux seulement m’assurer que s’il y a des profits, ils seront dirigés vers une cause qui me tient à cœur», affirme-t-elle. 

Mme Cucinelli ne peut s’empêcher d’éprouver un sentiment de fierté lorsqu’elle voit des grands bâtiments du Québec prendre les couleurs de l’arc-en-ciel. 

«Ça fait chaud au cœur de voir de voir ça. C’est quand même impressionnant», a-t-elle ajouté. 

La famille de Mme Cucinelli, qui vit en Italie, entreprend sa cinquième semaine de confinement, mais tout le monde va bien. 

«On croise les doigts pour que ça reste comme ça», dit-elle en terminant.

Dans la même catégorie