/news/coronavirus

Des affaires en or aux dépens des PME québécoises, déplore le PQ

TVA Nouvelles

Le Parti québécois accepte mal que certains magasins grande surface vendent autre chose que des aliments et des produits de pharmacie.  

• À lire aussi: Des petites salles en péril 

• À lire aussi: Le PQ demande la fermeture des sections «non prioritaires» dans les grandes surfaces 

• À lire aussi: Québec planifie déjà la réouverture de certains commerces 

En cette période de pandémie, où tous les commerces non essentiels ont dû fermer leurs portes, des grandes chaînes continuent de vendre leur inventaire habituel. Les clients se bousculent chez Costco ou encore Walmart, qui font des affaires d’or, et pas seulement en vendant des produits essentiels. 

En entrevue au Québec Matin, Pascal Bérubé, chef intérimaire du PQ, a réitéré que cette situation était inéquitable pour les commerçants d’ici. 

«On demande aux PME du Québec de se mettre en pause pour contribuer à l’effort collectif, ça va. Mais on donne des exceptions, et pas à n’importe qui, à des grandes chaînes!, s’est-il insurgé. Je ne sais pas comment ils ont plaidé leur affaire, mais ils ont obtenu des exceptions que je n’accepte pas. » 

« Est-ce qu’on a choisi collectivement qu’en temps de crise, notre argent s’en allait à la famille Walton [propriétaire de Walmart], aux États-Unis? C’est ça le choix qu’on a fait?» a-t-il poursuivi.  

Le Parti québécois propose plutôt de fermer les sections de produits non essentiels des grandes surfaces, ou encore de permettre aux bannières québécoises de rouvrir leur portes avant le 4 mai. «C’est l’un, ou l’autre», a insisté le chef de la formation politique. 

Dans la même catégorie