/news/coronavirus

Entre 1263 et 8860 décès d'ici le 30 avril selon les scénarios

Geneviève Lajoie | Journal de Québec

 Le Québec devrait atteindre le sommet de l’épidémie de coronavirus autour du 18 avril, selon les autorités de santé publique, qui anticipent entre 1263 et 8860 décès d'ici la fin du mois. 

Les experts mandatés par le gouvernement refusent de s’aventurer dans la divulgation de leur propre prévision de la courbe québécoise de progression de la COVID-19. Ils ont plutôt présenté mardi un scénario optimiste inspiré de l'Allemagne qui prévoit 1263 morts de la COVID-19 à la fin avril. Une hypothèse plus pessimiste à l'italienne projette plutôt 8860 décès à la même période.   

Si certaines provinces se sont livrés à cet exercice il y a plusieurs jours déjà, François Legault et son directeur national de la santé publique n’ont pas caché leur malaise à présenter les hypothèses de contamination sur lesquelles planche le gouvernement.     

Le premier ministre et le Dr Horacio Arruda brillaient d’ailleurs par leur absence lors de la présentation des scénarios de courbe mardi en fin d’après-midi. 

François Legault avait tout de même mis en garde la population. «Je ne voudrais pas alarmer les personnes avec le scénario pessimiste. 

Vous allez voir, évidemment, quand on regarde le nombre de décès prévus, ça peut être inquiétant», a-t-il dit plus tôt dans la journée. 

Le Dr Arruda avait tenu à préciser que le Québec «est plus proche (du scénario) optimiste que du pessimiste».  

Si le Québec suit les traces de l’Italie, près de 60 000 Québécois pourraient être infectés par le coronavirus d’ici la fin du mois. 

Au contraire, si la courbe québécoise suit celle de l’Allemagne, il pourrait y avoir un peu moins de 30 000 cas confirmés le 29 avril. 

Entre 1400 et 3000 patients hospitalisés

Le réseau de la santé doit s'attendre à accueillir entre 1400 et 3000 patients infectés par la COVID-19 au plus fort de la crise. Les scénarios à l'étude prévoient qu’il y aurait entre 468 et 1009 personnes aux soins intensifs à la mi-avril. 

Mais pour le moment, le nombre actuel d'hospitalisations au Québec laisse croire que les hôpitaux pourraient être relativement épargnés. Les chiffres montrent que nous en sommes en deçà du plan optimiste s'inspirant du Portugal, une bonne nouvelle, sachant que le réseau de la santé compte 633 lits de soins intensifs.

Retour progressif à la normale

Envoyé au front pour commenter les scénarios envisagés, le Dr Richard Massé a insisté sur l’importance de reprendre «progressivement» la vie normale pour ne pas ressusciter la courbe de contamination après le sommet prévu autour du 18 avril. «Il faut que la vie économique reprennent, (...) mais pas tout d'un coup (...) parce qu'on va avoir un retour de la courbe, puis elle va remonter», a-t-il insisté.

La distanciation sociale devra perdurer dans certains secteurs d’activité encore un bon moment et surtout, la prudence sera de mise pendant encore longtemps dans les établissements pour personnes âgées, la clientèle la plus vulnérable.