/news/coronavirus

Une «culture du masque» à établir au Québec

TVA Nouvelles

Les Québécois emboiteront-ils le pas à recommandation d’Ottawa de se munir d’un masque pour aller faire ses courses ou prendre l’air afin de ne pas contaminer les autres? Ceux sondés par TVA Nouvelles, mardi, n’étaient pas emballés par l’idée.  

• À lire aussi: Voici comment fabriquer votre masque maison  

• À lire aussi: Le masque serait une mesure additionnelle pour «éviter la transmission du virus»

Notre journaliste Richard Olivier a rencontré les clients d’un Maxi, d’une pharmacie et d’un Canadian Tire de l’arrondissement Mercier-Hochelaga-Maisonneuve à Montréal.   

«Je n’en porterai pas. Le Dr Arruda a dit que le masque descend et qu’il faut le remettre, qu'on on va se frotter les yeux. Je vais écouter M. Arruda», déclare une femme.  

Un homme n’est pas non plus convaincu de l’utilité du masque fait maison. «Non, pas pour l’instant. Je trouve ça un peu extrême.»  

Un jeune homme pour sa part mise sur les consignes de distanciation sociale. «Pour protéger les autres, je me tiens à distance. Je n’en ai pas besoin», appuie-t-il.  

Alors que l'Agence de la santé publique du Canada suggère à la toute la population d’enfiler un masque avant de quitter la maison, le Dr Horacio Arruda n’est pas chaud à l’idée. Il rappelle que le masque est une mesure de protection supplémentaire ajoutée à la distanciation sociale ainsi qu’au lavage des mains qui eux demeurent capitaux.  

En contrepartie, l'épidémiologiste Nima Machouf et sa famille portent des masques artisanaux depuis quelques jours.

«Il faut qu'on considère quasiment qu'on est tous des patients COVID, a-t-elle indiqué. Peut-être que je le suis et que je n'ai tout simplement pas encore développé les symptômes.»

Les divers spécialistes rappellent aussi à ceux qui choisiront de porter un masque qu’ils doivent se laver les mains avant de l'enlever. Puis, le manipuler avec précaution en penchant la tête afin de le retirer avec soin pour ne pas s’infecter. Et finalement, de se laver à nouveau les mains pour éviter toute contamination.