/news/coronavirus

Payer moins cher ses assurances de dommages

Stéphane Desjardins | Le Journal de Montréal

0407dvp

Illustration Adobe Stock

 Avec la pandémie, les assureurs sont ouverts à certains aménagements de vos protections en assurance auto et habitation. Profitez-en !   

• À lire aussi: Indemnisé même si vous recevez une prestation d’invalidité? 

• À lire aussi: EN DIRECT | Les derniers développements sur le coronavirus 

• À lire aussi: Près d'un million de demandes de PCU 

Les assureurs de dommages en font-ils assez pour aider leurs clients à passer au travers de la crise ? D’autant plus qu’ils continuent à imposer des hausses de primes moyennes de 10 % et même plus au renouvellement des contrats.   

Hier matin, dans le Journal de l’assurance, Louis-Thomas Labbé, président de GPL Risque et Assurance, un courtier en assurance des entreprises, prônait un gel des primes jusqu’à la fin de l’année pour les particuliers et les entreprises.   

Il en fait même une question éthique et morale pour des entreprises milliardaires, qui haussent leurs tarifs depuis 15 mois. Selon lui, les assureurs peuvent se le permettre alors que leur rentabilité s’améliore.   

Pour le Bureau d’assurance du Canada (BAC), les hausses de tarification sont toutefois le résultat d’une hausse marquée du coût des sinistres depuis des années. Par contre, la tarification relève de chaque assureur.   

Ce qu’il faut retenir ? Ne vous gênez surtout pas pour magasiner si le contrat arrive à échéance ! Sinon, on fait quoi ?   

Des remises  

Plusieurs assureurs offrent dès maintenant des ajustements, tant en assurance personnelle que pour les petites entreprises. Il est toutefois important d’appeler son assureur ou son courtier sans délai.   

Par exemple, Le Journal annonçait hier que Desjardins offrirait à ses membres une remise, calculée sur trois mois, selon le kilométrage, sur la prime d’assurance auto pour ses clients en confinement.   

De son côté, Intact a annoncé plusieurs mesures d’ici la fin avril, dont l’ajustement des primes pour les personnes malades, les nouveaux chômeurs ou les entrepreneurs, pour un véhicule personnel ou commercial remisé ou dont le kilométrage a beaucoup baissé.   

Inutilisées mais couvertes  

Comme les assurés ne se servent plus de leur voiture sauf pour aller au supermarché ou en pharmacie, au lieu de se rendre quotidiennement vers le travail, le risque diminue pour l’assureur. Il peut donc être plus flexible.   

En outre, certains propriétaires confinés au chalet ne perdront pas leur couverture pour leur résidence principale, même désertée pendant un certain temps. Même chose pour les PME dont toute l’équipe est en télétravail et dont les locaux sont vides.   

Chaque assureur fonctionne au cas par cas. Demandez tous les ajustements possibles en fonction de votre situation ou de celle de votre entreprise.   

Quelques exemples d’ajustements   

  • Reporter, étaler et ajuster les primes en fonction de la nouvelle réalité de l’assuré   
  • Annuler les frais de retard de paiement   
  • Alléger les procédures et certaines conditions au renouvellement   
  • Prolonger le contrat d’au moins 30 jours   
  • Maintenir les protections même si certaines conditions ne tiennent plus pour l’assuré   
  • Hausser les protections pour les biens utilisés pour le télétravail (chaises ergonomiques, mobilier, équipement informatique...)   
  • Augmenter la flexibilité des couvertures (par exemple : un assuré doit se servir de sa voiture pour effectuer des livraisons ou exploiter une entreprise à domicile)   
  • Ajuster les primes pour les petites PME fermées pour la crise, dont les ventes périclitent ou qui ont licencié des employés   

Dans la même catégorie