/news/currentevents

Triste fin pour l’Autodrome Saint-Eustache

Louis Butcher | Journal de Montréal

Le téléphone d’Alan Labrosse a sonné au petit matin, dans la nuit de mardi.

Au bout du fil, un représentant du service de police de Saint-Eustache lui a annoncé que le bâtiment principal du complexe de sports motorisés, qu’il avait vendu à la Municipalité il y a un an, était la proie des flammes.

«Je me suis dirigé vers les lieux, a indiqué l’ex-propriétaire de l’Autodrome Saint-Eustache, en entrevue téléphonique au Journal de Montréal. Dès mon arrivée, j’ai pu constater l’ampleur du brasier.»

Une cinquantaine de pompiers provenant de sept municipalités environnantes ont été dépêchés pour combattre cet incendie d’origine suspecte.

«Geste stupide»

«Alors qu’on est tous enfermés dans nos maisons pendant la pandémie, des gens ont décidé de mettre le feu, de raconter Labrosse. Je trouve désolant qu’en ces temps difficiles des individus en profitent pour poser un geste aussi stupide.»

«J’imagine que ces gens en veulent à la Ville d’avoir pris procession de l’endroit. Je vais laisser les policiers mener leur enquête.»

La Municipalité de Saint-Eustache avait acquis le complexe en avril 2019 pour une somme estimée à 5,3 millions de dollars dans le but de le démolir pour prolonger son parc industriel. Par cet investissement, les autorités municipales souhaitaient aussi calmer les ardeurs des citoyens vivant à proximité, qui en avaient marre du bruit des bolides de course sur la piste.

Pertes de 80 000$?

Pour l’instant, les pertes matérielles sont estimées à 80 000$, selon les premières évaluations de Labrosse.

«Avoir su que quelqu’un voulait mettre le feu, on aurait vidé le bâtiment bien avant», a-t-il déclaré.

Cette structure devait être démolie quelques semaines après la fermeture, l’automne dernier, mais cela a été maintes fois retardé.

«L’entente était signée, mais elle n’était pas notariée, d’indiquer Labrosse. Le jugement a été rendu le 23 mars.»

À part des souvenirs, photos, trophées et autres objets probablement partis en fumée, de l’équipement précieux a également été perdu.

La moto de papa

Dans un message sur sa page Facebook, Jason, le fils d’Alan, qui a fondé une entreprise vouée à l’organisation d’événements (DRKHRSE), s’est dit choqué de constater que dans les décombres se trouvaient du matériel servant au chronométrage, des amplificateurs et des karts de golf, notamment. Pour une valeur, prétend-il, d’environ 80 000$.

«Fort heureusement, la moto qui appartient à mon père, une Honda Z-50 1961, n’y était pas entreposée. Cette moto très rare, destinée aux jeunes, a une valeur inestimable pour notre famille», a-t-il conclu.

Dans la même catégorie