/news/coronavirus

Aide gouvernementale aux entreprises: une longue attente

Michaël Labranche

Le propriétaire des restaurants montréalais Saint-Houblon, Alexandre Verville, dénonce la lenteur de l’aide gouvernementale aux entreprises en cette période de pandémie.

M. Verville souhaiterait plus d’actions concrètes et moins de promesses.

• À lire aussi: Près de 90% des décès au Québec touchent des aînés

• À lire aussi: Tous les résidents et employés seront testés en CHSLD

«Chaque jour, je suis devant la télé pour regarder les points de presse. On entend les différents gouvernements promettre aux entreprises différents dons, mais en date d’aujourd’hui je n’ai pas reçu un dollar du fédéral, du provincial ou du municipal», a-t-il déclaré au micro de Mario Dumont, mercredi, à QUB radio.

Même si les établissements St-Houblon ont ouvert un service de livraison, Alexandre Verville explique que ce n’est pas suffisant. Il estime que les revenus tirés de ce service ne représentent que 2 à 3% de ses recettes habituelles.

L’entrepreneur a opté pour cette alternative à la suite d’un point presse promettant une subvention des salaires à 75%. Pour l’instant, la livraison ne couvre même pas le salaire des employés.

«Le problème avec la restauration, c’est que les revenus nécessaires pour couvrir tes dépenses sont extrêmement élevés, a expliqué M. Verville. En ce moment, ce qu’on a besoin, c’est de la liquidité pour respecter nos obligations.»

«C’est très difficile comme climat actuellement parce que chaque jour, on entend des promesses, chaque jour, on se fait dire que l’argent va être disponible. Mais on est le 8 avril et je n’ai pas eu un dollar jusqu’à maintenant», a-t-il ajouté.

Dans la même catégorie