/news/coronavirus

Ensemble Montréal demande 25 M$ pour les commerces

Elsa Iskander

mario beauregard - Fotolia

Les chantiers étant mis sur pause, Ensemble Montréal suggère de distribuer l’enveloppe prévue pour dédommager les commerces affectés par les travaux majeurs à l’ensemble des commerces montréalais touchés par la crise du COVID-19. 

Cela représenterait une enveloppe d’environ 20 millions $, indique le cabinet du parti d’opposition officielle. Près de 18 000 commerces sont affectés actuellement, nous dit-on. 

Le parti d’opposition propose aussi à la Ville d’assumer entièrement le paiement des cotisations aux Sociétés de développement commercial (SDC), au coût de 5 millions $. 

«Les 25 millions $ alloués au Programme d’aide financière aux commerces affectés par des travaux majeurs, dont seulement 1,2 million $ avait été distribué au 27 novembre 2019, seraient les bienvenus pour compenser les pertes de certains petits commerçants durant la période de confinement», a affirmé Aref Salem, porte-parole d’Ensemble Montréal en matière de développement économique. 

L’annulation par les arrondissements des coûts des permis pour les commerces, pour les années 2020 et 2021, est aussi réclamée. Le coût de cette mesure n’est pas chiffré. 

La prolongation d’un an de l'admissibilité au programme PRAM-Commerce, qui offre des subventions pour les rénovations de commerces et venait à échéance en 2020, fait également partie des suggestions. De même que le lancement d’une vaste campagne publicitaire post-crise pour valoriser l'achat local. 

Une motion regroupant ces mesures sera présentée à la prochaine réunion du conseil municipal, le 20 avril. 

La Ville a annoncé mardi le lancement d’un programme de livraison à vélo pour aider les commerces de proximité situés sur le territoire des SDC. «C’est un bon début, mais il faut voir si on ne pourrait pas étendre un tel service à tous les commerces de Montréal», commente M. Salem. 

En mars dernier, la Ville avait aussi annoncé une série de mesures d’aide pour les entreprises, incluant le report de l’échéance du 2e versement des taxes municipales. La date a été repoussée au 2 juillet plutôt qu’au 1er juin. Cette mesure est valide pour les propriétaires d’immeubles commerciaux, mais aussi résidentiels.