/news/coronavirus

La SQ fait appel à votre «gros bon sens»

Maxime Deland

Emergency and urgency, dialing 911 on smartphone screen.

Stock Adobe

Les autorités demandent à la population de faire preuve de discernement avant de les contacter, les centrales d’appels 911 de la Sûreté du Québec (SQ) étant débordées d’appels farfelus concernant la COVID-19. 

Dans une vidéo mise en ligne mercredi, la SQ fait appel «à votre jugement et votre gros bon sens» avant de faire le 911 pour rapporter un événement. 

• À lire aussi: Pas de relâchement à la frontière canado-américaine 

• À lire aussi: Une nouvelle étude pointe la responsabilité humaine dans l'apparition de nouveaux virus 

«Des centaines de personnes nous appellent quotidiennement pour nous poser des questions farfelues ou nous rapporter des situations qui sont inappropriées, explique dans la vidéo le sergent Jean-Raphaël Drolet. Oui, il faut dénoncer les rassemblements intérieurs ou extérieurs, mais il ne faut pas tomber dans la paranoïa.» 

Ces derniers temps, les «délateurs» sont nombreux à faire le 911 pour, par exemple, dénoncer leurs voisins qui discutent ensemble dans une cour privée, deux marcheurs qui conversent sur un trottoir ou des employés qui offrent un service essentiel et travaillent trop près l’un de l’autre. 

«Il ne faut pas tomber dans une délation extrême qui engorge nos services d’appels d’urgence», insiste le sergent Drolet, tout en ajoutant qu’il est important de se conformer aux mesures de confinement et de distanciation physique. 

Les fêtes intérieures, les commerces qui sont ouverts alors qu’ils ne devraient pas l’être et les rassemblements sportifs, culturels ou religieux sont les genres d’événements que la Sûreté du Québec encourage à dénoncer. 

«Si on va tous ensemble dans la même direction, ça va bien aller», conclut le sergent Jean-Raphaël Drolet.

Dans la même catégorie