/news/politics

Une bisbille entre libéraux et conservateurs retarde l'adoption de la subvention salariale

Émilie Bergeron | Agence QMI

Libéraux et conservateurs n’arrivaient pas à s’entendre, mercredi, pour un retour temporaire de la Chambre des communes nécessaire pour adopter le programme de subvention salariale très attendu par les entreprises durement touchées par la COVID-19. 

Le ministre des Finances, Bill Morneau, prévient qu’un délai trop long risque de mettre encore plus à mal les compagnies canadiennes et leurs travailleurs. 

«C’est d’une importance cruciale pour des dizaines de milliers de personnes et c’est dans ce contexte que je veux [souligner] qu’il faut vraiment que les autres partis aillent de l’avant pour donner leur appui à la subvention salariale», a-t-il martelé en conférence de presse. 

Il n’a pas nommément accusé les conservateurs de ralentir le processus, mais il a souligné que les bloquistes collaborent bien à ses yeux. 

En coulisses, le bruit court que les troupes d’Andrew Scheer souhaitent obtenir l’assurance que des mécanismes de reddition de comptes du gouvernement seront mis en place. On souhaiterait la tenue d’une période de questions avec un groupe restreint de députés, du lundi au jeudi. 

«Nous proposons une forme de période de questions afin qu’on puisse tenir le gouvernement responsable pour ses actions», a dit le député Pierre Poilievre en niant du même souffle que cela retarde l’adoption du programme de subvention salariale. 

Le lieutenant conservateur pour le Québec, Alain Rayes, qualifie de son côté de «spin politique» l’idée que les conservateurs retardent l’adoption du plan de 73 milliards $ proposé par les libéraux. 

«Moi, les informations qu’on me rapporte, c’est que les discussions avancent bien. De toute manière, le gouvernement a déjà dit que [le programme] ne sera pas prêt avant plusieurs semaines», a-t-il soutenu en faisant valoir qu’on n’en était pas «à une journée près» pour que les sommes soient accessibles. 

Le programme de subvention salariale vise à couvrir jusqu’à 75 % de la première tranche de salaire de 58 700 $ des travailleurs d’entreprises aux prises avec d'importantes baisses de revenus en raison de la COVID-19. 

Le premier ministre Justin Trudeau a annoncé, il y a une semaine, que le Parlement devait être convoqué à nouveau pour entériner le plan. Le leader parlementaire du gouvernement, Pablo Rodriguez, a affirmé sur Twitter que l'ébauche du projet de loi a été envoyée aux partis lundi. 

- avec Raymond Filion, TVA Nouvelles