/news/coronavirus

Pas de retour à la normale avant «un an, un an et demi»

Émilie Bergeron

Le premier ministre Justin Trudeau exhorte les Canadiens à s’armer de patience et à poursuivre de plus belle la lutte contre la COVID-19. Il prévient qu’il pourrait s’écouler un an et demi avant un retour à la normale et que le coronavirus laissera jusqu’à 44 000 morts dans son sillage.     

• À lire aussi: Gigantesque déficit fédéral envisagé en 2020-2021  

• À lire aussi: Ottawa anticipe jusqu'à 22 000 morts et près de 2 millions de cas  

• À lire aussi: Une transmission dans la communauté éventuellement acceptée  

«La normalité comme elle était avant ne pourra pas revenir tant qu’il n’y aura pas de vaccin et ça pourrait prendre un an, un an et demi», a laissé tomber M. Trudeau, jeudi, lors de son point de presse quotidien.     

La première vague de la maladie devrait toutefois se conclure au courant de l’été, a-t-il précisé, une fois que l’éclosion aura atteint un sommet au printemps.     

Selon les modèles de projection dévoilés jeudi par la santé publique du Canada, on anticipe qu’il y aura entre 4000 et 44 000 décès attribuables au coronavirus et de 370 000 à 3,7 millions de malades au pays.     

D’ici le 16 avril, on s'attend déjà à cumuler de 22 580 à 31 850 cas et jusqu'à 700 morts.     

«Nous ne pouvons pas empêcher toutes les morts, mais nous devons éviter toutes celles que nous pouvons», a lancé l’administratrice en chef de la santé publique, la Dre Theresa Tam.     

Ne pas baisser la garde     

Les prévisions publiées jeudi reposent sur différents scénarios voulant que 1 % à 10 % de la population soit infectée par le virus.     

«La route qu’on va prendre dépend entièrement de nous tous. Il va falloir être discipliné pendant les prochains mois», a insisté le premier ministre.     

Il invite tout un chacun à ne pas baisser la garde et à respecter les directives de santé publique, comme celle de rester chez soi autant que possible.     

Une fois la première vague passée, certaines restrictions pourraient être levées, mais pas toutes étant donné qu’on s’attend à ce que d’autres épisodes d’éclosion surviennent par la suite.     

«Ces vagues-là vont être beaucoup plus faciles à gérer, avec les connaissances et l’équipement qu’on est en train de développer maintenant et par l’habitude que les Canadiens vont pouvoir développer de prendre les mesures pour se garder en sécurité», a nuancé M. Trudeau.     

Durée des mesures d'aide prolongée? 

Le premier ministre a par ailleurs ouvert la porte à ce que son gouvernement reconduise ses programmes d’aide aux travailleurs et entrepreneurs pour soutenir ces derniers tout au long de la crise. 

La Prestation canadienne d’urgence (PCU), qui permet aux Canadiens privés de revenus de recevoir 2000 $ mensuellement, est censée s’appliquer pour quatre mois seulement. Quant à la subvention salariale de 75 % pour les entrepreneurs, elle doit s’échelonner sur trois mois. 

Cette dernière mesure, qui coûtera 73 milliards $ au Trésor public, doit encore obtenir le sceau d’approbation du Parlement pour être déployée. 

Séance extraordinaire 

Une trentaine de députés sont rappelés samedi à 12h15 pour une séance extraordinaire de la Chambre des communes. Ils débattront du projet de loi dans lequel la subvention est imbriquée afin de l’adopter. 

Le Sénat est aussi convoqué samedi en groupe restreint, à compter de 16h.

Dans la même catégorie