/news/coronavirus

«On va utiliser des ponchos de pluie, des sacs-poubelle»

TVA Nouvelles

La pénurie de matériel médical de protection touche le monde entier. C'est notamment le cas à New York où la situation est critique. 

• À lire aussi: EN DIRECT | Les derniers développements sur le coronavirus 

• À lire aussi: New York: nouveau record de décès, hospitalisation en baisse 

«C’est un facteur de stress absolument majeur (...) Les matériels de protection personnelle comme les masques, les surblouses, les jaquettes, on en manque», explique le docteur Julien J. Cavanagh, chef des médecins résidents à au State University of New York Downstate Medical Center en entrevue à LCN. 

«Ici on consomme 1000 jaquettes par jour pour examiner ces patients. Lundi on a eu une livraison de 5000, on sait qu’on est tranquille jusqu’à demain. Mais ce week-end, je ne sais pas comment on va faire. On va être créatif, on va utiliser des sacs-poubelle, des ponchos de pluie pour nous protéger si on n’a pas de livraison.» 

Le médecin ajoute que certains médicaments de base, comme le propofol, un anesthésiant, manquent depuis le début de la semaine et que des alternatives ont dû être mises en place. 

«Quand vous commencez à virer vers des choses plus expérimentales ce n’est jamais bon. Ça nous inquiète beaucoup», avoue le Dr Cavanagh. 

Un spectacle qui «brise le cœur» 

L’État de New York a enregistré un nouveau record journalier de décès jeudi 799 morts. 

Une réalité que constate le médecin sur le terrain, où le nombre de nouvelles hospitalisations a cependant beaucoup diminuées. 

«Si vous étiez avec moi au centre hospitalier, vous entendriez deux ou trois fois par heure le code 99, quand un patient fait un arrêt cardiaque. Habituellement c’est deux à trois fois par jour, en ce moment c’est deux à trois fois par heure. On sait qu’on a énormément de décès», dit-il. 

«C’est un spectacle qui nous brise le cœur, mais nous avons ces camions réfrigérés dans la cour de l’hôpital où on sait que sont stockés les corps de tous ces patients qu’on n’a pas pu sauver.» 

Voyez le reste de son entrevue dans la vidéo ci-dessus.