/news/coronavirus

Miser sur l’immunité de la population?

TVA Nouvelles

Alors que le Québec est sur le point d’atteindre le pic de la vague de cas de COVID-19, la question du déconfinement se pose. 

• À lire aussi: Une transmission dans la communauté éventuellement acceptée 

• À lire aussi: Le déconfinement doit être progressif pour éviter une «seconde vague» 

Quand? Comment? Et surtout qui pourraient être «déconfiner» et reprendre ses activités? 

Pour Nathalie Grandvaux, professeure en biochimie à l’Université de Montréal et chercheuse au CRCHUM, il faut faire les choses correctement pour éviter une deuxième vague. 

«Si l’immunité de groupe n’est pas suffisamment importante, les personnes plus vulnérables vont de nouveau se retrouver exposées», a-t-elle dit en entrevue à LCN. 

«Ce qu’on ne veut absolument pas, c’est à générer une deuxième vague qui soit de la même ampleur que celle qu’on vit actuellement.» 

Il va donc être important de mesurer l’immunité de la population pour permettre la reprise des activités. 

«On devrait être capable, à un certain moment, de mesurer les anticorps présents chez les personnes et déterminer s’ils ont été exposés (au virus, NDLR)», a fait savoir Mme Grandvaux. 

«La question qui reste, c’est: est-ce que les asymptomatiques sont vraiment transmetteurs? C’est la question à laquelle je trouve, pour l’instant, on n’a pas de réponse concrète (...) La réponse à cette question va déterminer à quelle vitesse on va pouvoir lever le confinement.» 

Voyez le reste de son entrevue dans la vidéo ci-dessus.