/news/coronavirus

Les voyageurs revenant au Canada devront avoir un plan «crédible» d'isolement

Le gouvernement Trudeau serre la vis aux voyageurs rentrant au pays en renforçant la façon dont la Loi sur la mise en quarantaine s'applique. 

• À lire aussi: EN DIRECT | Les derniers développements sur le coronavirus  

• À lire aussi: Trudeau forcé de s'expliquer sur son séjour pascal au chalet  

Les agents de la Gendarmerie royale du Canada et des corps policiers locaux peuvent, depuis mardi, donner des constats d’infraction sur-le-champ quand ils réalisent qu’une personne enfreint son obligation de s’isoler pendant 14 jours. Les amendes peuvent aller de 275 $ à 1000 $, a indiqué le ministère de la Justice par voie de communiqué. 

«Ces mesures d’application de la loi aideront à protéger la santé des personnes mises en quarantaine et de tous les Canadiens dans le cadre de nos efforts pour freiner la propagation de la COVID-19», a déclaré la ministre de la Santé, Patty Hajdu. 

Avant mardi, les policiers pouvaient uniquement procéder par mise en accusation pour forcer les récalcitrants à respecter les dispositions de la Loi sur la mise en quarantaine. 

Or, on craignait d’embourber le système judiciaire dont les activités sont déjà perturbées par la crise sanitaire. 

«En vertu de ce régime de contraventions, la personne qui reçoit un procès-verbal peut payer le montant indiqué sur celui-ci volontairement et éviter ainsi de devoir subir un procès et d’avoir un casier judiciaire», a précisé le ministère de la Justice dans son communiqué. 

Un policier a toutefois toujours l’option de procéder par mise en accusation. Dans ces cas-là, les contrevenants s’exposent à une peine d’emprisonnement maximale de six mois et une amende pouvant atteindre 750 000 $. 

Par ailleurs, Ottawa a ajouté une nouvelle obligation, mardi, aux voyageurs qui rentrent au pays. Ceux-ci devront prouver qu’ils ont un «plan crédible» de mise en isolement, et ce, même s’ils ne présentent pas de symptôme de la COVID-19. 

«Si les voyageurs asymptomatiques [n’en ont pas], ils devront passer leur isolement à l’hôtel», a indiqué dans son point de presse quotidien le premier ministre Justin Trudeau. 

La mesure entrera en vigueur à minuit, dans la nuit de mardi à mercredi, et c'est le fédéral qui paiera la note des séjours imposés à l'hôtel. 

«Par exemple, un plan inapproprié pourrait être de se rendre dans un endroit où il y a plusieurs membres de la famille qui sont âgés et à risque de contracter la COVID-19», a précisé M. Trudeau. 

Il a ajouté que toute famille qui n’a pas de destination claire parce qu’elle se serait absentée longtemps du Canada fera partie des gens sommés de passer leur temps d’isolement à l’hôtel. 

La Loi sur la mise en quarantaine s'applique depuis le 25 mars dernier.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.