/news/coronavirus

COVID-19: L'hôtel Le Concorde transformé en centre de soins dès jeudi

Catherine Bouchard | Journal de Québec

Photo Simon Clark

Dès jeudi, la vocation de l’hôtel Le Concorde Québec changera pour que celui-ci devienne un centre désigné de convalescence destiné aux personnes atteintes de la COVID-19, ou suspectées de l’être, et qui ne peuvent rester dans leur milieu de vie.   

• À lire aussi: COVID-19: 52 nouveaux décès, Québec appelle les médecins à aider dans les CHSLD  

• À lire aussi: Deux autres décès dans la région  

Le propriétaire de l’hôtel, Jean-Guy Sylvain, a accepté que le CIUSSS de la Capitale-Nationale déploie le centre désigné sur trois étages de l’édifice, pour une durée indéterminée.   

Les patients seront accueillis dans les chambres des étages 5, 6 et 9, où les visites seront interdites. Lors du passage du Journal, mercredi, aucun lit n’était encore installé, mais Julie Mercier, adjointe à la direction des soins infirmiers du CIUSSS de la Capitale-Nationale, assure que tout sera prêt pour les premiers bénéficiaires, jeudi.   

«La seule chose qu’il nous reste à installer, ce sont les lits. Sinon, les chambres restent comme elles le sont», précise Mme Mercier, ajoutant que des télévisions et des téléphones fixes seront aussi à la disposition des patients.   

Dès les premiers jours, le CIUSSS pourra accueillir progressivement une cinquantaine de patients âgés de 14 ans et plus, qui auront été admis selon plusieurs critères.   

«Les patients doivent nous appeler et, pour être admis, ils doivent avoir été testés positifs à la COVID-19 ou avoir des symptômes, et ne pas être en mesure de rester dans leur milieu de vie», poursuit Mme Mercier.   

Le centre désigné de convalescence pourrait accueillir, par exemple, des gens en perte d’autonomie, des résidents de CHSLD qui n’ont pas la possibilité de recevoir des soins précis, des patients qui ont de la difficulté à recevoir des soins à domicile et des patients avec des troubles de santé mentale, mais dans un état stable.   

Les bénéficiaires doivent avoir besoin de soins légers ou modérés.   

«C’est de la convalescence et non un hôpital», insiste Mme Mercier.   

Jusqu'à 150 patients   

La capacité d’accueil pourrait monter à 150 patients, si les besoins se présentent.   

Entre 20 et 30 employés y seront déployés, tels que des infirmières, des préposés aux bénéficiaires, des médecins, des pharmaciens et des ergothérapeutes.   

L’équipe de soins pourrait augmenter à une centaine de personnes, si le centre devait augmenter sa capacité d’accueil.   

Les seuls tests de dépistage qui seront effectués sur place seront pour les patients admis. Ces derniers seront testés avant de quitter le centre, afin de s’assurer qu’ils ne sont plus malades.   

Le propriétaire de l’hôtel n’a pas souhaité s’adresser aux médias.   

Il n’a pas été possible de connaître les frais reliés à ce centre désigné.   

«Les frais d’aménagement et de remise à l’état seront à la charge du CIUSSS de la Capitale-Nationale», a brièvement indiqué le porte-parole Mathieu Boivin.