/news/coronavirus

Récit d’horreur en CHSLD : «C’est la cohue générale»

Les histoires d’horreur relatant les conséquences directes du manque de ressources en CHSLD se sont multipliées au cours des derniers jours.     

Consultez la liste des cas de contamination à la COVID en CHSLD en cliquant ici  

• À lire aussi: «Qui veut venir changer la couche de ceux qui ont la COVID?»  

• À lire aussi: Une infirmière infectée dit avoir vieilli de 10 ans  

Une infirmière, qui a été appelée en renfort au CHSLD La Pinière à Laval, déplore un manque de ressources criant.      

«Lorsqu’on est arrivés on a été témoins d’un manque d’employés. C’était la cohue générale, personne ne semblait savoir quoi faire, on ne savait pas qu’on arrivait pour aider. C’était un peu le bordel. On fait le maximum qu’on peut avec les ressources qu’on a, mais ce n’est pas acceptable», raconte l’infirmière, qui préfère garder l'anonymat, à TVA Nouvelles.     

«Quand on travaille de nuit par exemple et que tu vas porter un verre d’eau à un patient, c’est clair qu’il n’a pas bu depuis longtemps. L’une de mes collègues m’a raconté qu’elle a placé une patiente dans son lit d’une certaine manière avant de quitter et la nuit suivante, elle n’avait pas bougé. Ses vêtements n’avaient pas été changés et son dentier était encore dans la bouche. Ce sont des signes qui montrent qu’il manque de personnel pour faire tout ce qu’il y a à faire», énumère-t-elle.     

  

  

L'infirmière explique que la direction du CHSLD La Pinière aurait demandé aux employés de limiter le changement de vêtements de protection entre les chambres, soutenant une pénurie d'équipements.

Inversement, cette employée prétend qu’il n’y aurait pas de pénurie d’équipement de protection à l’heure actuelle et que bon nombre d’employés ne prennent pas la peine de se changer entre une chambre «COVID» et une chambre «Non-COVID».      

Outre la pandémie, le manque de ressources est si évident qu'il est difficile de répondre aux besoins de base des résidents.      

«On n’a pas assez de ressources pour rendre tout le monde confortable, s’assurer que tout le monde a mangé, a été changé et est au sec, a reçu ses médicaments pour la douleur... On manque de ressources pour faire tout ça»     

L’infirmière en question dit ne pas blâmer le CHSLD La Pinière, mais plutôt un manque de coordination et d’organisation de la part du gouvernement.      

Mardi, le gouvernement du Québec a fait paraitre une liste des CHSLD les plus problématiques, par «soucis de transparence». 25 sont identifiés en rouge, indiquant que le taux de contagion des résidents à la COVID-19 dépasse les 25% au sein de l’établissement.      

Dans le Grand Montréal, 41 établissements sont identifiés comme «critiques».     

De ce nombre, cinq établissements sont identifés en rouge, soient le CHSLD Sainte-Dorothée, le centre d’hébergement Yvon-Brunet, le CHSLD Joseph-François Perreault, l’institut de gériatrie de Montréal et le centre d’hébergement LaSalle, qui comptent, pour la plupart, plus d’une dizaine de cas d’infection.     

Cette liste ne permet toutefois pas d’identifier la fréquence des dépistages réalisés au sein des établissements. 

Dans la même catégorie

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.