/news/society

Rouvrir les écoles : une «très mauvaise idée», selon une virologue

JEAN-FRANCOIS DESGAGNES/JOURNAL DE QUEBEC/AGENCE QMI

Si rouvrir les écoles dans un futur proche a été évoqué par le premier ministre du Québec François Legault la semaine dernière, une virologue affirme qu’il s’agit d’une «très mauvaise idée». 

Immuniser la population de cette façon, comme la Suède le prévoit, n’est peut-être pas la chose à faire compte tenu du peu d’informations que nous détenons sur la COVID-19, estime la Dre Elodie Ghedin, virologue à l’Université de New York. 

«C’est une très mauvaise idée, c’est très dangereux comme expérience à faire. Il y a trop de gens qui sont à risque en ce moment. On ne comprend pas tout à fait qui développe une infection sévère. Des gens qui ont l’air tout à fait sains développent des infections très graves et meurent. C’est très dangereux ce qu’ils (la Suède) sont en train de faire. Ce sera très difficile de contrôler, surtout si on a toute cette transmission asymptomatique. Ça veut dire que les enfants qui vont à l’école peuvent être eux-mêmes des vecteurs ou des réservoirs du virus. Ils vont l’amener à d’autres qui sont beaucoup plus à risque», a-t-elle affirmé en entrevue à QUB radio avec Benoit Dutrizac.  

«Il est possible que les gens qui ont été infectés aient une immunité, mais on ne connaît pas la protection de cette immunité. Souvent, les vaccins sont beaucoup plus puissants pour développer une immunité parce qu’on met des adjuvants pour justement stimuler l’immunité de notre système immunitaire beaucoup plus fortement», a-t-elle ajouté.  

Une mauvaise préparation 

Manque de masques, manque de ventilateurs, manque de gants, actions politiques tardives : Mme Ghedin ne cache pas que les Américains et New York, où elle travaille, n’étaient pas prêts à une telle crise pandémique même si la communauté scientifique envoie des signaux d’alarme depuis des années.  

«En tant que virologue, on prédit depuis des décennies qu’il y aurait une épidémie ou une pandémie globale de virus de la grippe ou de coronavirus. C’est vraiment les deux groupes de virus pouvant causer une pandémie», a indiqué la virologue.  

«Il aurait fallu un mouvement plus centralisé pour être prêts à l’affronter (la pandémie), mais c’est très difficile de projeter dans le futur surtout quand ça devient très cher de se préparer et avoir tout l’équipement dont on a besoin», a-t-elle expliqué.  

À son avis, la situation actuelle résulte d’une «tempête parfaite».  

«C’est un mélange de politique et il y a aussi beaucoup de résistance partout dans le monde. On est à une époque où il y a beaucoup de résistance de la science et des faits scientifiques. On aperçoit qu’il y a énormément de mauvaises informations qui ont circulé. On a vraiment ce qu’on appelle the perfect storm (la tempête parfaite parce que... mauvaises informations, les gens préfèrent croire ce qu’ils lisent sur Facebook plutôt qu’un scientifique qui parle à la télé. C’est comme ça. Entre la politique qui est très polarisée aux États-Unis, mais aussi partout dans le monde, je crois que tout ça a contribué à la situation présente», a expliqué Mme Ghedin. 

Dans la même catégorie

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.