/news/world

Menacée de poursuite pour un selfie d’elle malade

TVA Nouvelles

Sick boy inhaling through inhaler mask, nose and lips close-up side view. Use nebulizer and inhaler for the treatment.

familylifestyle - stock.adobe.com

Une adolescente du Wisconsin et sa famille ont intenté une poursuite contre deux policiers qui auraient voulu brimer la liberté d’expression.

Le 26 mars dernier, la jeune Amyiah Cohoon a partagé sur ses réseaux sociaux une photo d’elle à l’hôpital.

«Je reçois encore des traitements respiratoires, mais je vais vaincre le coronavirus. Restez chez vous», avait-elle écrit en légende de l’image où on la voit sur son lit d’hôpital, un masque à oxygène sur le visage.

Le lendemain, un agent du bureau du shérif de la région s’était présenté chez ses parents pour demander à ce que l’adolescente de 16 ans retire sa publication.

«Sinon je vais devoir commencer à mettre des gens en prison pour trouble à l’ordre public», aurait dit l’agent Cameron Klump.

Ce dernier a écrit dans son rapport qu’il avait agi sur ordre de son supérieur, Joseph Konrath.

L’avocat des deux policiers du comté de Marquette a indiqué à Fox News que les agents avaient agi ainsi de bonne foi.

«Les messages causaient de la panique dans les écoles. Ce service de police a agi à la demande des autorités scolaires», a fait savoir Me Samuel Hall.

Amyiah serait tombée malade au retour d’un voyage scolaire en Floride au début du mois de mars.

Après plusieurs allers-retours chez le médecin, l’adolescente a été hospitalisée le 22 mars, car elle avait des difficultés à respirer.

Selon la poursuite intentée contre les policiers, les médecins auraient dit que les symptômes de la jeune fille étaient «typiques» de ceux de la COVID-19, mais qu’elle ne serait cependant pas testée pour cette maladie.

Elle est retournée chez elle avant de retourner à l’hôpital le 25 mars parce que son état de santé s’était dégradé. Le UW Children’s Hospital de Madison a finalement testé la jeune fille.

Le test s’est avéré négatif, mais les médecins ont affirmé qu’elle devait «certainement» avoir la COVID-19, le test ayant été effectué trop tard.

Amyiah et sa famille poursuivent les policiers pour défendre la liberté d’expression.

«Le premier amendement sur la liberté d’expression, particulièrement en ligne, est vital en ce moment. Cette poursuite a été déposée pour défendre le droit de partager nos expériences les uns avec les autres, surtout en ces temps de pandémie.»