/news/law

Demande de recours collectif de plusieurs millions de dollars contre le CHSLD de Sainte-Dorothée

Agence QMI

Le fils d'une résidente du CHSLD de Sainte-Dorothée qui est décédée fort probablement après avoir contracté la COVID-19 a déposé, lundi, une demande de recours collectif qui pourrait totaliser plusieurs millions de dollars contre l'établissement et le CISSS de Laval.

• À lire aussi: Son test de dépistage de la COVID-19 égaré après son décès

Jean-Pierre Daubois est le fils d'Anna José Marquet, 94 ans, décédée le 3 avril après être entrée en détresse respiratoire la veille, vraisemblablement après avoir contracté la maladie au CHSLD lavallois

Selon lui, les dirigeants de l'établissement et les autorités de la santé ont manqué à leur devoir de fournir un milieu de vie sécuritaire aux résidents du CHSLD. Il a donc déposé une demande de recours collectif, au nom de tous ceux qui pleurent la perte d'un proche décédé des suites de la COVID-19, après l'avoir contractée au CHSLD.

Dans la demande de recours, le demandeur allègue que, le 22 mars, un préposé aux bénéficiaires et une infirmière auxiliaire se sont vu refuser un retrait préventif après avoir ressenti des symptômes analogues à ceux causés par la COVID-19. Cette demande leur aurait été refusée «au motif que ceux-ci ne présentent pas tous les symptômes listés» et les deux travailleurs auraient continué à œuvrer auprès des résidents pendant plusieurs jours.

Le requérant, représenté par la firme Ménard, Martin, Avocats, fait aussi valoir que le CHSLD aurait tardé à isoler les patients lorsque les premiers cas de COVID-19 ont été confirmés officiellement au sein du centre hospitalier de longue durée.

«Devant l’ampleur de l’éclosion, le CHSLD est aux prises avec une importante pénurie de personnel donnant lieu à une situation de négligence et de maltraitance systémique envers les résidents. Le personnel est également aux prises avec une pénurie d’équipement de protection, les obligeant à recourir à différentes solutions "maison" afin de se protéger», a aussi assuré le demandeur.

«Les résidents du CHSLD Sainte-Dorothée ont été, à partir du 13 mars 2020, traités de façon fautive, négligente et non sécuritaire», a résumé le demandeur.

M. Daubois réclame un montant de 1 million $ en dommages exemplaires pour tous les résidents et proches affectés par la pandémie au CHSLD. De plus, des montants pouvant atteindre jusqu'à 100 000 $ pour les conjoints survivants de résidents décédés en CHSLD sont exigés, ce qui pourrait faire passer le montant de la réclamation à plusieurs millions de dollars.

Un juge devra maintenant déterminer s'il donne son feu vert au recours collectif pour qu'il puisse aller de l'avant.

Le CHSLD de Sainte-Dorothée, à Laval, est l'un des plus touchés du Québec par le coronavirus. Lundi, on y dénombrait 164 cas de COVID-19 qui se sont traduits par 67 décès depuis le début de la pandémie, selon les données dévoilées par la direction de la santé publique de Laval.