/news/coronavirus

CHSLD Laflèche: un médecin retourne au travail

En 40 ans de carrière, le docteur André Jacques n'a jamais contracté de virus, à l'exception de la COVID-19. À peine remis, le médecin du CHSLD Laflèche est déjà de retour à la résidence qui constitue l’épicentre de la contamination en Mauricie.

• À lire aussi: 13 résidents guéris au CHSLD Laflèche

Le 23 mars dernier, Dr Jacques a été déclaré positif à la COVID-19, soit deux jours après avoir ressenti les premiers symptômes.

«C'était beaucoup de fatigue, de somnolence. Je me réveillais à 6 h le matin et rendu à 8 h, j'aillais me recoucher», a expliqué le médecin.

Dans la même semaine, il avait traité une patiente infectée. L'homme de 64 ans s'était aussitôt placé en isolement.

«On pense toujours que ça arrive aux autres. Ma femme et moi sommes en pleine forme. Je cours chaque jour près de chez moi. Le virus peut frapper n'importe qui (...) On vivait le problème chez nous, ma conjointe et moi, par l'entreprise de Skype. C'est notre entourage qui nous a fait comprendre qu'on avait l'air malade».

Le Shawiniganais d'origine est resté en quarantaine pendant trois semaines. Ce qu'il a trouvé le plus difficile, c'est de ne pas pouvoir accompagner ses patients jusqu'à la fin.

«Perdre 16 patients sur ton étage, ce n’est pas évident. J'avais des liens forts avec beaucoup de ses patients que je suivais depuis des années. Ce n'est pas facile de les voir disparaître sans pouvoir rien faire», s’est désolé André Jacques.

Le Dr Jacques est rétabli officiellement depuis le 12 avril et est retourné son travail au CHSLD Laflèche la semaine dernière. Les trois quarts des résidents y sont maintenant infectés.

Le médecin croit toutefois que les choses iront en s'améliorant.

«On commence à asseoir certains patients, on les lève de leur lit et on les fait bouger, c'est vraiment encourageant! Disons que ça nous donne la force de continuer!»

Dr Jacques est l'un des 181 soignants de la région à avoir contracté la COVID-19. Deux ont dû être hospitalisés aux soins intensifs, mais une soixantaine sont aujourd'hui guéris, comme lui.