/news/coronavirus

Cinq raisons qui expliquent la réouverture des écoles et des garderies

TVA Nouvelles

La réouverture des garderies et des écoles primaires se fait pour des raisons sociales et parce que la situation est sous contrôle, a déclaré le premier ministre François Legault lors de l’annonce de son plan de déconfinement des écoles prévu au cours des prochaines semaines.   

• À lire aussi: Le message crucial du Dr Horacio Arruda aux Québécois  

• À lire aussi: EN DIRECT | Les derniers développements sur le coronavirus  

Le premier ministre François Legault a énuméré cinq raisons pour lesquelles le Québec est prêt à voir ses garderies et ses écoles rouvrir.   

1- Pour le bien des enfants   

« Surtout pour les enfants qui ont des difficultés d’apprentissage, pour que ces enfants-là ne restent pas six mois sans être allés à l’école. Ceux qu’on appelle dans le jargon des écoles les EHDAA, les enfants qui ont des handicaps ou des troubles d’apprentissage de toutes sortes, dyslexie, dysphasie, trouble de l’attention, autisme et autres, c’est important qu’ils ne soient pas absents de l’école pour six mois, et qu’ils soient bien suivis.»  

Le premier ministre a ajouté que ces enfants pourront rester à la maison, mais avec un encadrement des autorités scolaires, et des enseignants.  

2- Les risques pour les personnes de moins de 60 ans et en bonne santé sont limités.  

«Les parents qui ont des problèmes de santé ou de maladies chroniques devraient garder leurs enfants à la maison. Les enfants malades ne devraient pas aller à l’école. Ce n’est pas le temps d’aller exposer les enfants à l’école présentement», a ajouté François Legault.   

3- La situation dans les hôpitaux est sous contrôle.  

«Si jamais il y a des enfants ou des enseignants qui devenaient malades, on a toutes les capacités et le personnel disponible pour s’en occuper. C’est important que ça reste comme ça et que ça soit graduel. C’est pour cela qu’on n’envoie pas le primaire et le secondaire en même temps.»  

4- Parce qu’on a le OK de la Santé publique.  

«Ce n’est pas une décision qui est sur la gueule. On écoute la science, et la science nous dit que c’est possible de retourner ces enfants si la situation reste sous contrôle d’ici le 11 et le 19 mai.»  

5- La vie doit continuer  

«Je pense que c’est bon que les enfants revoient leurs amis, leurs enseignants. On ne prévoit pas de vaccin avant 12 à 18 mois. Je ne vois pas les enfants rester chez eux pendant tout ce temps. La vie doit continuer, et si on attendait le premier septembre la situation sera la même», assure Legault.   

Immunité collective : pas un argument  

Des experts pensent que d’avoir contracté la COVID-19 permettrait d’immuniser les gens atteints et donc éventuellement, une portion de la société, mais François Legault assure que sa décision de rouvrir les écoles et les garderies ne se base pas sur ce principe.  

«C’est ce que l’on souhaite tout le monde [que les gens qui l’ont eue soient protégés] sinon ça pourrait même être difficile d’avoir un vaccin. On ne doit pas prendre notre décision sur cette base-là. Ça sera un bénéfice secondaire si jamais c’est le cas. On ouvre nos écoles pour des raisons sociales et parce que la situation est sous contrôle dans le système hospitalier.»  

Les écoles primaires et les garderies rouvriront le 19 mai dans le Grand Montréal et le 11 mai ailleurs, écoles dans lesquelles les enfants devront autant que possible se tenir à deux mètres les uns des autres.  

Les écoles secondaires, cégeps et universités ne rouvriront pas avant le mois d'août.

Dans la même catégorie