/news/coronavirus

Écoles primaires et garderies ouvriront dès le 11 mai au Québec

Patrick Bellerose et TVA Nouvelles

Les petits écoliers pourront reprendre le chemin des classes à compter du 11 mai – et une semaine plus tard dans la région montréalaise –, mais les portes des écoles secondaires, cégeps et universités, elles, demeureront fermées jusqu’à l’automne prochain.  

• À lire aussi: Le retour à l’école et dans les services de garde expliqué  

• À lire aussi: Cinq raisons qui expliquent la réouverture des écoles et des garderies  

• À lire aussi: Le message crucial du Dr Horacio Arruda aux Québécois  

François Legault a voulu se faire rassurant en présentant, lundi, cette première étape du déconfinement en conférence de presse. Les mesures de réouverture des commerces, elles, seront dévoilées mardi.   

D’une part, le retour à l’école se fera «si et seulement si la situation reste comme [elle l’est] actuellement», a précisé le premier ministre. «Donc, si jamais la situation s'empirait ou n'était pas comme prévu dans les prochains jours, on va se réajuster. Le mot important, c'est “graduel”, puis c'est “prudence, prudence, prudence”», a-t-il ajouté.   

D’autre part, il s’agira d’une mesure volontaire. «Donc, les parents qui préfèrent garder leurs enfants à la maison ne seront pas pénalisés d'aucune façon», dit François Legault.   

Sur place, la distanciation sociale devra être respectée. «On veut s'assurer qu'il y ait un maximum d'à peu près 15 enfants par classe, dépendamment de la grandeur de la classe, pour être capable d'avoir deux mètres de distance entre chaque enfant», affirme le premier ministre.   

Les enfants à la santé fragile ou dont les parents sont immunosupprimés, quant à eux, devraient rester à la maison. «Ce n'est pas le temps d'aller exposer des enfants qui ont des problèmes de santé physique à aller à l'école pour l'instant», dit M. Legault.   

 

 

Immunité collective   

Plusieurs raisons motivent ce retour en classe, estime M. Legault, notamment pour s’assurer que les jeunes en difficulté d’apprentissage « ne restent pas six mois sans être allés à l'école ».   

Toutefois, il assure que sa décision n’est pas liée à une volonté de développer une immunité collective, comme il l’avait laissé entendre la semaine dernière. La pertinence de ce concept d’immunité acquise après avoir contracté le virus a été remise en doute au cours de la fin de semaine, tant par Ottawa que par l’Organisation mondiale de la santé.  

Écoles secondaires fermées  

Quant aux écoles secondaires et institutions supérieures, la décision d’attendre l’automne pour un retour en classe est notamment motivée par le fait que ces étudiants utilisent les transports en commun en grand nombre, explique M. Legault.   

«Et aussi, c'est important de le dire, c'est plus facile pour les élèves du secondaire, du cégep, de l'université de suivre des cours à distance, a-t-il ajouté. Donc, d'enseigner à distance à ces personnes-là, c'est plus facile qu'au primaire.»   

Les garderies, elles, ouvriront aussi de façon graduelle, mais elles devront mettre d’importantes mesures en place afin de garder les enfants à une distance de deux mètres l’un de l’autre. «On sait que c'est plus difficile dans les garderies, c'est pour ça qu'on va demander aux éducatrices de porter un masque dans les garderies», a commenté François Legault.  

Bonnes nouvelles en CHSLD       

Près de 11 000 personnes ont par ailleurs proposé leurs candidatures pour travailler à temps plein dans le réseau de la santé depuis l'appel lancé la semaine dernière par François Legault. Ces inscriptions devraient permettre au réseau de la santé de pourvoir tous les postes en CHSLD, a soutenu le premier ministre.      

Du côté de l'armée, 15 établissements sont identifiés comme prioritaires alors que les soldats préparent à se rendre dans les CHSLD du Québec, a indiqué la vice-première ministre Chrystia Freeland lundi.      

Une première cohorte de 400 militaires devrait notamment arriver mercredi.      

En date du 27 avril 2020, la situation est la suivante:   

- 1599 décès (84 nouveaux décès)          

- 24 982 cas confirmés (+ 875)          

- 1541 personnes hospitalisées (+ 23)         

- 210 personnes aux soins intensifs (- 5)         

- 5517 personnes rétablies       

- 2 830 personnes sous investigation       

- 175 190 analyses négatives 

Dans la même catégorie