/news/coronavirus

CHSLD: de l’aide de Valcartier

Jean-François Racine | Journal de Québec

Un premier contigent de Valcartier a été envoyé au CHSLD Yvon-Brunet de Montréal le 18 avril, dont faisait partie Caroline Cameron, de la 5e ambulance de campagne.

Photo d’archives Agence QMI, Joël Lemay

Un premier contigent de Valcartier a été envoyé au CHSLD Yvon-Brunet de Montréal le 18 avril, dont faisait partie Caroline Cameron, de la 5e ambulance de campagne.

Quelques dizaines de militaires québécois de Valcartier partiront dans les prochaines heures pour prêter main-forte au personnel de la santé déjà déployé dans des CHSLD en difficulté.  

Selon nos informations, une cinquantaine de membres des Forces armées canadiennes de la garnison Valcartier seront envoyés dans différents établissements problématiques, mais à l’extérieur de Québec. Leur départ serait prévu au cours de l’avant-midi.  

Les sites chauds de la Capitale-Nationale, notamment le Jeffery Hale ou, plus récemment, la résidence Les Jardins d’Évangéline, à Beauport, n’ont pas été retenus dans la liste des priorités. Les militaires de Valcartier iront vraisemblablement dans des CHSLD de Montréal ou Laval.  

Besoins criants  

Depuis le début de la pandémie, toutes les demandes liées à la COVID-19 sont traitées par la Défense nationale à Ottawa, et la garnison Valcartier ne peut répondre aux questions.  

Un message d’intérêt public avec quelques détails sur ce déploiement imminent devait être diffusé mardi, mais les FAC se sont ravisées. On ignore si les militaires de Valcartier sont des soldats spécialisés ou non dans le domaine médical.   

Les militaires ont tous une formation de premiers soins de base et savent normalement manipuler des équipements de protection.  

Quelque 125 membres des Forces canadiennes ont été mis à contribution le 18 avril, mais leur nombre n’a pas suffi. L’opération Laser, une réponse à la pandémie, reste une situation nouvelle aussi pour les FAC.

Dans la même catégorie