/news/coronavirus

Retour progressif au travail : «Saisis cette opportunité, pense à ton avenir!», lance Jean Boulet

TVA Nouvelles

Quelques heures après que Québec ait annoncé son plan de relance économique, le ministre de l’Emploi, du Travail et de la Solidarité sociale, Jean Boulet, se dit très confiant que les nouvelles mesures de santé et sécurité au travail seront positives à tous les niveaux.  

• À lire aussi: Réouverture graduelle des commerces à partir du 4 mai 

• À lire aussi: Déconfinement sous haute surveillance au Québec 

Considérant que la pandémie est loin d’être endiguée et que l’espoir d’un vaccin peut sembler encore loin, ces nouvelles mesures de protection, sur les chantiers notamment, pourraient devenir la norme.  

«Il va falloir redéfinir les organisations de travail, s’adapter à des nouveaux gouvernements en milieu de travail et ça incite les milieux de travail à s’approprier la gestion des risques», mentionne le ministre Jean Boulet.  

Reprendre le travail pour les bonnes raisons  

Bien qu’il puisse être tentant de continuer à recevoir la prestation canadienne d’urgence plutôt que de réintégrer son emploi, Jean Boulet y voit un risque.  

«Il faut faire attention. Si on n’a pas de motivation raisonnable et que la personne est considérée comme ayant démissionné, elle pourrait mettre à risque son admissibilité à la PCU», explique-t-il sur les ondes de TVA Nouvelles.  

Jean Boulet réitère à cet effet que la prestation canadienne d’urgence (PCU) est prévue pour les personnes qui ne retirent plus de revenus à cause de la COVID-19.  

«Si une personne a une opportunité de revenir au travail je lui dit : ‘’Saisis cette opportunité-là, la PCU est purement temporaire, ton lien d’emploi est maintenu, pense à ton avenir, tu vas intégrer un environnement de travail sécuritaire», lance-t-il.