/news/coronavirus

COVID-19: des prêts sans intérêt pour les locataires en difficulté

Agence QMI

PHOTO 24 HEURES, BÉATRICE ROY-BRUNET

La Société d’habitation du Québec (SHQ) va accorder des prêts sans intérêt de 1500 $ pour soutenir les locataires québécois ayant de la difficulté à boucler leur budget en ces temps de pandémie.

Ces prêts sans intérêt, qui correspondent à deux mois de loyer selon les chiffres de Québec, devront être remboursés d’ici le 1er août 2021 et visent les ménages qui ont reçu ou sont admissibles à la Prestation canadienne d’urgence ou à des prestations d’assurance-emploi.

Le gouvernement Legault a précisé mercredi que l’aide financière sera acheminée directement au propriétaire du logement.

La demande devra être transmise à la SHQ avant le 15 juillet prochain. Pour l’heure, le formulaire nécessaire pour obtenir l’aide financière n’est pas encore disponible sur le site de la SHQ.

Le Regroupement des comités logement et associations de locataires du Québec (RCLALQ) juge cette aide «trop faible» et son annonce survient «malheureusement trop tard».

«Plusieurs ménages locataires risquent tout de même de se retrouver en difficulté de paiement et devoir faire face à des risques d'éviction. Nous regrettons également qu'il s'agisse d'un prêt plutôt qu'une subvention puisque cela encouragera l'endettement des ménages», a indiqué Maxime Roy-Allard du RCLALQ.

Le Front d’action populaire en réaménagement urbain (FRAPRU) s’est réjoui pour sa part de ces initiatives déployées par Québec, mais s’est dit tout de même «déçu de l’absence de mesures visant à rassurer les locataires n’ayant pas renouvelé leur bail et qui n’auront pas réussi en à trouver un autre en vue du 1er juillet».

Le Regroupement des comités logement et associations de locataires du Québec (RCLALQ) s’est aussi dit «insatisfait» des mesures de Québec et «déplore que rien ne soit mis en place pour éviter une catastrophe au 1er juillet».

«Le gouvernement du Québec doit s'assurer qu'aucun ménage locataire ne se retrouve à la rue en pleine crise sanitaire et doit offrir une aide financière plus considérable pour les locataires les plus pauvres», a ajouté le Regroupement.

En revanche, la Corporation des propriétaires d’immeubles du Québec (CORPIQ) a salué cette mesure. «Les locataires en difficulté financière, envers qui les propriétaires ont fait preuve de compréhension et de patience, pourront ainsi éviter de cumuler une dette de loyer, avec toutes les conséquences que cela comporterait», a dit le directeur des affaires publiques de la CORPIQ, Hans Brouillette, qui a précisé qu’en date du 6 avril, «14 % des locataires n'avaient pas payé leur loyer du mois, selon un sondage de la CORPIQ [mené] auprès de 2500 propriétaires totalisant plus de 50 000 logements partout au Québec».

De l’aide pour l’emménagement retardé

La ministre des Affaires municipales et de l’Habitation, Andrée Laforest, a aussi annoncé mercredi une aide sous forme de remboursement de 2000 $ par mois, pour un maximum de deux mois, pour les personnes dont le projet d’emménagement a été retardé à cause de la crise sanitaire.

La mesure inclura les gens dont l’emménagement est repoussé dans une maison ou un condo neufs (mis en chantier avant le 25 mars dernier), dans un logement neuf loué ou qui ont été relocalisés à la suite d’un projet majeur de rénovation.

Une aide de 1000 $, au maximum, sera aussi versée pour assurer les frais d’entreposage et de déménagement.

«Ce sont des solutions concrètes pour aider certains ménages à payer leur loyer, tout en permettant à d'autres d'entrevoir une fin heureuse à leur projet résidentiel», a dit la ministre des Affaires municipales et de l'Habitation, Andrée Laforest.

Dans la même catégorie