/news/coronavirus

Des tests COVID-19 demandés pour les femmes battues

Jean Houle | TVA Nouvelles

Les six maisons d’aide et d’hébergement du Saguenay-Lac-Saint-Jean aimeraient que les femmes hébergées aient accès plus rapidement à des tests de dépistage de la COVID-19.  

• À lire aussi: EN DIRECT | Les derniers développements sur le coronavirus  

Depuis le début de la pandémie, une victime de violences conjugales doit passer 14 jours en quarantaine dans un lieu alternatif avant d’être acceptée dans une maison d’hébergement.  

Les intervenants ont toutefois constaté un problème inquiétant. Cette quarantaine décourage certaines victimes, qui préfèrent rester dans leur milieu.  

Le regroupement estime que des tests disponibles pour toutes les femmes dirigées vers les lieux alternatifs permettraient de réduire la période de quarantaine.

Dans la même catégorie