/news/coronavirus

Résultats controversés d'un grand essai clinique pour un antiviral

AFP

Le médicament remdesivir de Gilead n'a «pas de bénéfice clinique significatif» contre le COVID-19, selon une étude publiée mercredi par la revue médicale The Lancet, qui contredit des affirmations précédentes du laboratoire américain.  

• À lire aussi: Le remdesivir a montré un effet «clair» dans le traitement du coronavirus

• À lire aussi: Échec de l'essai clinique d'un antiviral contre la COVID-19  

«Le traitement par remdesivir n'accélère pas la guérison ni ne réduit la mortalité liée au COVID-19 par rapport à un placebo», selon un résumé de cette étude réalisée en Chine.  

Auparavant, Gilead avait assuré qu'un autre essai clinique, mené en partenariat avec les Instituts de santé américains (NIH), avait montré des «résultats positifs».  

Les résultats de l'étude publiée par The Lancet avaient déjà fuité le 23 avril, après la brève publication par erreur de leur résumé sur le site de l'Organisation mondiale de la Santé (OMS), avait alors rapporté le Financial Times.  

«Malheureusement, notre essai a montré que bien que sûr et bien toléré, le remdesivir n'a pas montré de bénéfice significatif par rapport au placebo», a commenté l'auteur principal de l'étude, le Pr Bin Cao, cité ans un communiqué du Lancet.  

«Ce n'est pas l'issue que nous espérions, mais il faut avoir en tête que nous n'avons pu enrôler que 237 patients sur un objectif de 453, car l'épidémie avait été maîtrisée à Wuhan», a-t-il ajouté.  

Selon ses auteurs, ce point est une des limites de leur étude, qui a dû pour cela être stoppée plus tôt que prévu. Cela justifie selon eux de mener d'autres travaux.  

«D'autres études sont nécessaires pour déterminer si un traitement plus précoce au remdesivir, à plus fortes doses, ou en association avec d'autres antiviraux ou des anticorps neutralisant pourrait être plus efficace sur les patients atteints de formes grave», a poursuivi le Pr Bin Cao.  

L'étude a été menée du 6 février au 12 mars dans dix hôpitaux de Wuhan. Pour être éligibles, les patients devaient avoir des symptômes depuis moins de 12 jours et avoir un diagnostic de pneumonie confirmé par imagerie.  

158 patients ont reçu quotidiennement du remdesivir et 79 un placebo, le tout pendant 10 jours.  

L'essai n'a montré aucune différence significative entre les deux groupes du point de vue de l'amélioration de l'état clinique des patients (21 jours en moyenne contre 23) ni du point de vue de la mortalité (14% contre 13%) dans les 28 jours de l'étude.  

«Ce n'est pas la fin de l'histoire pour le remdesivir dans cette indication, car d'autres études sont en cours pour évaluer son efficacité contre le COVID-19», a commenté un scientifique qui n'a pas participé à ces travaux, le Pr Saad Shakir, directeur du Drug safety research unit, un organisme anglais.

Dans la même catégorie