/news/coronavirus

Transporteurs scolaires: faut-il des masques pour les chauffeurs ?

Agence QMI

Gold Bracelet Of A Bus Driver

Igor - stock.adobe.com

La santé publique doit clairement préciser le cadre dans lequel les chauffeurs d’autobus scolaires au Québec devraient reprendre le travail, en l’occurrence s’ils doivent ou non porter un masque.

• À lire aussi: Le retour en classe, tout un défi pour les écoles

C’est ce que réclame la Fédération des transporteurs par autobus (FTA), évoquant la sécurité des élèves et des conducteurs. Elle a souligné que plus de la moitié des chauffeurs d’autobus scolaires au Québec (54 %) sont âgés de 60 ans et plus, ce qui en fait des personnes plus à risque face à la COVID-19.

«D’ici à ce qu’une directive soit émise, la FTA n’a d’autre choix que de suggérer à ses membres d’appliquer les recommandations de l’Institut national de la santé publique du Québec (INSPQ) en transport collectif en ce qui à trait à la protection individuelle des conducteurs soit le port du masque, de lunettes de protection et gants si nécessaires», a soutenu par communiqué Stéphane Lefebvre, président du conseil d’administration de la FTA.

Rappelons que les élèves du primaire pourront retourner à l’école à partir du 11 mai. Or pour la FTA, plusieurs questions restent jusqu’ici sans réponse. Elle s’inquiète qu’avec la reprise des autres activités économiques, la rareté du matériel de protection ne fera qu’augmenter.

La Fédération dit avoir transmis au ministère de l’Éducation ses recommandations et questionnements concernant les mesures sanitaires afin d’assurer un retour en classe efficace et sécuritaire.