/news/coronavirus

Apple et Google discutent avec Ottawa d’applications qui pourraient localiser des cas de contagion

Les géants Google et Apple font partie des firmes qui ont approché le gouvernement fédéral pour offrir des solutions technologiques qui permettraient de retracer les cas probables de propagation de la COVID-19.

• À lire aussi: Selon Apple et Google, les utilisateurs pourront contrôler leur outil de «traçage»

«De nombreuses différentes organisations nous ont contactés pour proposer différentes options et nous voulions [d’abord] regarder celles-ci et voir lesquelles sont plus prometteuses et lesquelles peuvent être problématiques», a dit le sous-ministre de l’Innovation, Simon Kennedy, jeudi devant un comité parlementaire.

Ce dernier n’a pas précisé si les propositions d’Apple et Google semblaient plus intéressantes que d’autres.

Le premier ministre Justin Trudeau n’a pas fermé la porte, mercredi, à l’utilisation de données cellulaires pour retracer les personnes ayant été en contact avec des gens atteints de la COVID-19.

«C’est une réflexion qui se poursuit, a-t-il dit. Je sais que si on pose la question à bien des Canadiens, ils seraient ouverts à permettre quelques éléments qui ne seraient pas permis normalement à cause de cette pandémie, à cause de cette urgence.»

M. Trudeau a toutefois reconnu qu’il fallait avoir des balises claires pour ne pas trop empiéter sur la vie privée des individus, ce que plusieurs organismes appréhendent.

«Où exactement la ligne pourrait être dessinée, c’est encore à voir», a-t-il ajouté.

Le recours à la géolocalisation cellulaire pour retracer les cas de COVID-19 est une des mesures utilisées par certains pays pour contenir la propagation du virus.