/news/coronavirus

Ce médicament qui attaque directement la COVID

TVA Nouvelles

Partout sur la planète, s’il y a un ennemi commun, c’est le coronavirus. Une armée de chercheurs tente maintenant, faute d’avoir un vaccin rapidement, de traiter les malades avec un médicament existant: le remdesivir. Les Chinois n’ont pas trouvé l’expérience concluante, mais les Américains oui, et ils en ont fait l’annonce en grande pompe. Qu’en pense un microbiologiste? 

• À lire aussi: Lueur d'espoir, Washington affirme qu'un médicament agit contre le coronavirus 

• À lire aussi: Résultats décevants d'un médicament contre l'arthrite 

«C’est une bonne nouvelle», lance d’emblée Marc Hamilton en entrevue avec Denis Lévesque. Il nous explique pourquoi et à qui est destiné le remdevisir mis au point par le laboratoire Gilead. 

«Le médicament est distribué pour le moment aux malades gravement atteints de la COVID afin de voir si ça fonctionne, si les malades répondent aux traitements», indique le microbiologiste.  

Inventé pour l’Ebola 

Hier, en point de presse, Anthony Fauci, directeur de l'Institut des maladies infectieuses qui a dirigé l’essai aux États-Unis, a fait l’éloge du médicament inventé au départ afin de soigner le mortel Ebola, mais jamais approuvé à l’époque.  

«Les données montrent que le remdesivir a un effet clair, significatif et positif pour réduire le temps de rétablissement des malades», a soutenu M. Fauci.  

Comparés aux malades ayant reçu un placebo, les patients traités avec le remdesivir se sont rétablis en 11 jours [durée médiane ] au lieu de 15 jours, détaillait le communiqué des Instituts de santé américains.  

Médicament différent des autres  

D’après Marc Hamilton, le remdesivir fonctionne d’une façon tout autre que les médicaments déjà testés sur les malades de la COVID depuis le début de la pandémie.  

«Il est bien différent de l’hydroxychloroquine - utilisé pour les rhumatismes et le lupus entre autres - ou la colchicine. Le remdesivir est un antiviral qui s’attaque directement à la réplication du virus, on est en prophylaxie. Donc, on est dans la phase d'éliminer le virus du corps des malades avant qu’il gagne en puissance», informe le microbiologiste.  

L'essai clinique vanté par Anthony Fauci reposait sur 1063 patients hospitalisés aux prises avec une forme avancée du coronavirus et des problèmes pulmonaires. Elle a été conduites sur 47 sites aux États-Unis ainsi que 21 autres en Europe et en Asie. Le traitement par injection intraveineuse durait dix jours. 

Devant ces résultats, pourra-t-on compter au cours des prochains mois sur le remdesivir afin de soigner la population? «Le médicament devrait être adopté rapidement par la FDA [l’équivalent de Santé Canada aux États-Unis] pour les gens plus malades et gravement atteints de la COVID», pronostique Marc Hamilton.