/news/coronavirus

«Des rassemblements, on n’en veut pas», martèle Legault

Soucieux d’effacer toute ambiguïté, le premier ministre François Legault a rappelé jeudi que les rassemblements demeuraient interdits même lorsque le déconfinement s’amorcera d’ici quelques semaines.             

• À lire aussi: Les derniers développements sur le coronavirus  

• À lire aussi: «Si ça continue comme ça, on retourne en confinement en juin»  

«Au-delà de l’interprétation des lois, on n’en veut pas de rassemblements avec vos voisins, vos amis, votre famille, a-t-il tranché. Si on veut être capable de déconfiner, surtout à Montréal, pas de rassemblement.»            

Phénomène inquiétant : le directeur national de la santé publique, le Dr Horacio Arruda, a déclaré avoir eu vent de «partys de COVID», des rassemblements d’individus dans le but de partager le virus afin de s’en immuniser, comme certains parents le font avec la varicelle.             

  

  

«Il y a des choses qui se relâchent et je ne voudrais pas que ça devienne significatif parce que ça va venir brouiller la carte, mentionne-t-il. On ne saura plus si ça vient d’une transmission communautaire qui est associée aux réouvertures.»             

Si la santé publique perçoit un relâchement dangereux des mesures de déconfinement, elle n’aura d’autres choix que de rétropédaler et de remettre en place les fermetures.             

«Si on sent que la population ne suit pas et qu’on est en train de perdre le contrôle, je peux vous dire qu’on peut revenir à un temps d’arrêt, a menacé le Dr Arruda. Je ne pense pas que ça serait drôle, parce qu’on va probablement se gâcher les mois de juillet et août si on ne fait pas ces choses-là adéquatement.»             

  

  

La relance de Montréal repoussée?             

Québec promet qu’elle suivra les six critères de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) pour avancer dans le déconfinement, particulièrement à Montréal.          

«Le go va être donné seulement si toutes les conditions sont remplies», a déclaré le premier ministre.             

Les six conditions de l’OMS sont les suivantes : contrôler la transmission du virus, assurer l'offre de santé publique et de soins, minimiser le risque dans des environnements exposés comme les établissements de santé de longue durée, mettre en place des mesures de prévention au travail, dans les écoles et d'autres lieux fréquentés, contrôler le risque de cas importés et enfin responsabiliser les populations.             

Pour parvenir à ses objectifs, Québec va mener jusqu'à 14 500 tests par jour dans la province à compter de la semaine prochaine, a annoncé François Legault. Le nombre de tests augmentera d'ailleurs «de façon significative» dans l'arrondissement chaud de Montréal-Nord.         

«La bataille n'est pas gagnée à Montréal», a convenu François Legault.          

Comme le Dr Arruda la veille, le premier ministre a lui aussi laissé entendre qu'il n'hésitera pas à reporter le plan de déconfinement si la situation se détériore dans la métropole.         

Pour tenter de reprendre le contrôle dans certains établissements de soins problématiques, des patients des hôpitaux Maisonneuve-Rosemont, Lakeshore et Douglas seront temporairement transférés dans des hôtels le temps de désinfecter les unités touchées.             

Ce sont maintenant 10 500 employés du réseau de la santé qui sont absents en ce moment, mais le gouvernement a trouvé 7 500 personnes pour les remplacer grâce à «Je contribue». Près de 1000 membres des Forces armées canadiennes se rendront dans une vingtaine de CHSLD, a annoncé plus tôt jeudi le fédéral.  

En date du 30 avril 2020, la situation est la suivante:  

- 1859 décès (98 nouveaux décès)         

- 27 538 cas confirmés (+ 944)         

- 1684 personnes hospitalisées (+ 36)         

- 214 personnes aux soins intensifs (-8) 

Dans la même catégorie