/news/coronavirus

Déficit record : Trudeau se veut rassurant

Émilie Bergeron | Agence QMI

Le premier ministre Justin Trudeau soutient qu’aucune augmentation d’impôt n’est pour le moment sur la table malgré les nouvelles estimations du directeur parlementaire du budget, qui anticipe un déficit record de 252 milliards $ pour 2020-2021.  

«On n’est pas du tout en train de penser à ça maintenant», a dit M. Trudeau jeudi lorsqu’invité à dire s’il envisage d’éventuelles hausses d’impôts et de taxes pour sortir le Canada de l’impasse budgétaire.  

Le premier ministre a ajouté du même souffle que sa priorité du moment est de répondre à la crise sanitaire et aider les Canadiens à traverser ces moments difficiles. Il s’est toutefois permis d’ajouter qu’il est confiant que le pays saura se remettre sur pied au niveau économique, une fois la pandémie terminée.  

«Les fondamentaux de notre économie demeurent extrêmement forts malgré cette crise. [...] Le Canada est entré dans cette crise sanitaire avec un meilleur ratio dette/PIB que presque tous nos partenaires et nous allons pouvoir en sortir, j’espère, mieux positionnés», a-t-il fait valoir.  

Selon une analyse rendue publique jeudi par le directeur parlementaire du budget, Yves Giroux, le déficit budgétaire passerait de 25 milliards $ en 2019-2020, pour atteindre à 252 milliards $ en 2020-2021. Cela représenterait 12,7 % du produit intérieur brut (PIB). Ce déficit ferait passer le ratio de la dette fédérale au PIB à 48,4 % en 2020‐2021.  

Il explique que cette escalade est causée par les aides financières offertes aux entreprises et travailleurs pour répondre à la COVID-19, jumelées à une importante baisse de revenus.  

«Jusqu’à présent, les mesures budgétaires annoncées par le gouvernement sont censées être temporaires. Lorsqu’elles prendront fin et que l’économie se redressera, le ratio de la dette fédérale au PIB devrait se stabiliser, a précisé M. Giroux par communiqué. Mais si certaines des mesures étaient prolongées ou qu’elles devenaient permanentes, le ratio continuera d’augmenter.»  

Selon le scénario évoqué par le DPB, le PIB réel du Canada chutera de 12 % cette année, «la pire performance enregistrée depuis le début de ces données en 1961».  

Son analyse tient compte des mesures budgétaires fédérales de 146 milliards $ annoncées jusqu’au 24 avril.

Dans la même catégorie