/news/coronavirus

L’aide du fédéral fait mal à certaines entreprises

Bloc emploi embauche travail

Photo Adobe Stock

Bien qu’ils soient salutaires pour plusieurs, les programmes d’aide financière du gouvernement fédéral nuit à l’embauche de nouveaux employés pour certaines entreprises, dont Sécurité Sirois.

• À lire aussi: Un déficit de 252 milliards $ en 2020-2021

«Tous les jours, on engage, a dit Martin Sirois, président de l’entreprise de sécurité, jeudi au micro de QUB radio. C’est un peu compliqué depuis une semaine avec les annonces gouvernementales. Lundi passé, on a engagé 10 étudiants. Le mercredi, ils ont ramené leurs uniformes en disant qu’ils n’avaient pas besoin de travailler.»

M. Sirois rencontre le même problème avec les personnes qui ne sont pas aux études et qui ont accès à la prestation canadienne d’urgence (PCU).

«Le fameux 2000 $ par mois aussi ça nous a nui. Je suis d’accord qu’ils donnent 2000 $ à un citoyen qui n’est pas capable de manger. Mais un nouvel employé qui rentre chez nous à temps plein reçoit 2200 $, 2300 $, 2400 $ par mois, alors qu’il pourrait avoir 2000 $ à rester chez lui», a-t-il expliqué.

Si les risques liés à la santé peuvent inquiéter de futurs employés, M. Sirois assure fournir l’équipement de protection nécessaire à ses travailleurs. Depuis le début de la crise sanitaire, quatre de ses employés ont été contaminés par la COVID-19.

«Ils n’ont pas eu des gros symptômes, mais on en a quand même eu quatre. Il faut se revirer de bord dans ce temps-là et trouver des solutions avec le client», a dit M. Sirois.

Interpellé sur les problèmes d’embauche, le président du Conseil du trésor canadien, Jean-Yves Duclos, rappelle que ce n’est pas une bonne idée de refuser un emploi en raison des prestations d’aide gouvernementale.

«S’il y a des gens et des étudiants qui se font offrir des emplois, ma recommandation c’est de le prendre, à condition évidemment que les règles de santé publique soient respectées. Ces gens-là ont la chance et auront la chance à plus long terme d’avoir une job. Ce n’est pas le cas de tout le monde», a déclaré M. Duclos.

«Les exigences pour la prestation aux étudiants sont aussi très claires. L’étudiant doit, s’il souhaite faire la demande de prestation d’urgence, attester que malgré tous ses efforts il n’a pas réussi à trouver une job», a-t-il rappelé.