/news/coronavirus

Ville de Québec: Seulement 200 demandes d’aide déposées par les entreprises

Photo Stevens LeBlanc

Régis Labeaume s’est dit «un peu étonné» de constater qu’à peine 200 entreprises de Québec ont déposé des demandes d’aide financière d’urgence à la Ville.  

• À lire aussi: EN DIRECT | Les derniers développements sur le coronavirus

C’est ce que le maire de Québec a fait savoir jeudi après-midi en point de presse. Sur ces 200 entreprises, quelque 170 ont fait des demandes de prêt contre 30 OBNL et coopératives qui ont plutôt acheminé une demande de subvention. «On pensait qu’il y en aurait beaucoup plus que ça», a admis M. Labeaume.  

Citant le ministre de l’Économie, Pierre Fitzgibbon, le maire croit qu’il y a encore «beaucoup de liquidités dans le système financier» et que «les banques jouent bien leur rôle». La popularité d’un programme fédéral de prêts aux entreprises (40 000$ à 0% d’intérêts) peut également expliquer le peu d’engouement pour le programme administré par la municipalité, a laissé entendre M. Labeaume.  

Les premiers chèques totalisant 175 000$ vont d’ailleurs être expédiés à 11 entreprises dès le vendredi 1er mai. L’aide moyenne par entreprise est donc de 16 000$ pour le moment. Ce programme d’aide aux entreprises est toujours en cours.  

Ciné-parcs  

D’autre part, Régis Labeaume a assuré que l’idée de mettre en place trois ciné-parcs, cet été, est loin d’être abandonné, même s’il faudra évidemment que la Santé publique y donne son aval.    

Contrairement au copropriétaire du cinéma Le Clap, le maire ne croit pas que les ciné-parcs constitueraient de la «concurrence déloyale» aux cinémas traditionnels.  

«Les ciné-parcs, ce n’est pas fait nécessairement pour les cinéphiles, a-t-il ajouté. Je ne suis sûr que les gens vont se poser ben ben la question (de savoir) quel film (ils vont voir). Ils vont vouloir vivre une expérience dans une boîte de pick-up.»  

Parcs et 1er juillet  

La Ville a d’autre part entrepris son nettoyage printanier pour les parcs, les bases de plein air, les terrains sportifs et les sentiers de marche. Le nettoyage est également en cours pour les pataugeoires et les jeux d’eau, même si ces équipements ne sont pas en fonction par respecte aux recommandations de la Santé publique. Aussi, les modules de jeu dans les parcs ne sont toujours pas accessibles aux enfants. Cette situation a été qualifiée de crève-cœur» par le maire.  

D’autre part, l’Office municipal d’habitation de Québec (OMHQ) a qualifié le marché de location de Québec de «tendu» puisque le taux d’inoccupation est de 2,4%, en deçà du taux de 3% qui représente l’équilibre.  

Dans ce contexte aggravé par la COVID-19, des outils sont mis à la disposition des locataires pour faciliter la recherche de logements locatifs, d’hébergements temporaires et de lieux d’entreposage de biens, a indiqué Claude Foster, directeur général de l’OMHQ. Un outil de recherche de logements privés a même été mis en ligne par l’OMHQ.
  

Dans un communiqué de presse émis en fin d’après-midi, quatre groupes communautaires ont toutefois qualifié les mesures mises en place «d’incomplètes».