/news/coronavirus

Jusqu’à 12 fois plus de cas de COVID au Québec

Agence QMI

Joël Lemay / Agence QMI

Une étude de l’Université de Montréal indique qu’il y aurait jusqu’à 12 fois plus de cas de COVID-19 au Québec que le nombre officiel, ce qui peut masquer la gravité de l'épidémie. 

À partir d’une technique statistique, l’économiste Joshua Lewis et des collègues en arrivent à la conclusion que le nombre réel d'infections était de 256 130 au Québec, en date du 22 avril. Officiellement, le Québec comptait seulement 20 965 cas à cette période. 

L’étude souligne que la situation est similaire en Ontario avec 18 fois plus de cas de COVID-19 que rapporté officiellement. Il y aurait donc eu 220 602 personnes contaminées, toujours au 22 avril, comparativement aux 12 245 cas rapportés. 

Les économistes estiment que la prévalence de la COVID-19 au Canada est bien plus importante que ce qui est officiellement signalé. Et pour cause, «le dépistage au Canada est limité à une petite fraction de la population», expliquent-ils. Or, les gouvernements devraient avoir les vrais chiffres pour pouvoir prendre leurs décisions. 

Pour arriver à cette conclusion, ils sont partis d’un modèle qu’ils ont utilisé pour établir la prévalence de la COVID-19 aux États-Unis et l’ont adapté avec les données d’ici. Ils se servent d’un outil qui compare la façon dont le taux de cas positifs observés varie en fonction de l'évolution de la taille de la population testée pour déduire les taux d'infection de la population totale. 

Joshua Lewis, son collègue Raphael Godefroy de l’UdeM et David Benatia, de l'Institut polytechnique de Paris, soutiennent que les gouvernements peuvent sous-estimer considérablement l'ampleur réelle de l'infection, puisqu'un grand nombre de personnes asymptomatiques ou présentant des symptômes bénins ne sont pas testées. 

«Nos résultats montrent comment les différences dans les normes de test entre les provinces peuvent grandement masquer la véritable gravité de l'épidémie», a déclaré M. Lewis. 

Ils estiment que le diagnostic rapide et les tests sérologiques devraient être étendus à l'ensemble de la population pour prévenir la transmission communautaire non observée récurrente.