/finance/consumer

Choisir un taux hypothécaire variable, est-ce trop risqué ?

Ghislain Larochelle | Journal de Montréal

0505-dvp

Illustration Adobe Stock

Les taux d’emprunt hypothécaire sont actuellement très bas. Dans ce contexte, un taux variable permet de réaliser de bonnes économies. Mais est-ce trop risqué ?  

Le 27 mars dernier, la Banque du Canada faisait passer son taux directeur de 0,75 à 0,25 point. L’impact sur les taux d’emprunt hypothécaire a été quasi immédiat : les grandes banques canadiennes ont rapidement abaissé leur taux d’emprunt préférentiel de 50 points de base.  

Par exemple, une hypothèque de 240 000 $ qui était négociée à 3,09 % d’intérêt peut aujourd’hui s’obtenir à un taux de 2,59 %. Le détenteur d’une telle hypothèque économisera ainsi 78 $ par mois.  

Et c’est possible d’économiser encore plus en optant pour un taux variable plutôt qu’un taux fixe. Contrairement au taux fixe, un taux variable fluctue selon l’évolution du marché. À la signature de votre hypothèque, ce taux est généralement moins élevé que le taux fixe.   

Par exemple, un emprunteur disposant d’un bon dossier de crédit peut actuellement s’attendre à obtenir un taux variable de 2,25 %. L’économie mensuelle ne serait pas de 78 $ par mois, mais de 102 $. Toutefois, si les taux étaient appelés à remonter, cet emprunteur verrait ses paiements augmenter.  

Vos meilleures chances d’économiser sur le long terme  

Certes, un taux fixe ne causera aucune surprise. Mais sur le long terme, même si vous risquez de voir vos paiements fluctuer, vous aurez plus de chance de payer moins d’intérêt en optant pour un taux variable.  

C’est ce qu’a démontré une étude réalisée par l’Université York, qui a analysé les taux d’intérêt hypothécaires de 1950 à 2007. Même si l’étude date de quelques années, le principe demeure le même.   

Les données colligées dans cette étude révèlent que pour une hypothèque de 100 000 $, les emprunteurs ayant opté pour une hypothèque à taux variable ont économisé en moyenne 20 000 $ en frais d’intérêt sur une période de 15 ans. De plus, dans 89 % des cas, le taux variable a été plus avantageux qu’un taux fixe sur cinq ans.  

Malgré ces chiffres, environ deux acheteurs sur trois préfèrent une hypothèque fixe. (Selon les données affichées sur le site ratehub.ca) seuls 29 % optent pour une hypothèque à taux variable et 4 % pour un mélange des deux. Qui a fait le bon choix ?  

Pour choisir la meilleure option, la question qu’il faudra vous poser est la suivante : « la crainte d’une remontée des taux m’empêchera-t-elle de dormir ? » Si vous répondez par l’affirmative, il sera alors peut-être bon de considérer un taux fixe, ce qui vous évitera l’insomnie. Sinon, le taux variable est susceptible de vous faire économiser sur le long terme.  

Taux fixe ou variable ? Avantages et inconvénients  

TAUX FIXE  

Avantages   

-Aucune surprise  

-Facile à budgéter    

Inconvénients   

-Peu flexible  

-Désavantageux lorsque les taux descendent  

-Pénalités élevées en cas de remboursement anticipé    

TAUX VARIABLE  

Avantages   

-Moins dispendieux sur le long terme  

-Moins de pénalités en cas de remboursement anticipé    

Inconvénients   

-Plus risqué     

Conseils    

-Le réel danger d’un taux variable est qu’il pourrait vous pousser à acheter une maison trop dispendieuse pour vos moyens. Ce pourrait être le cas si vous achetiez à un prix se situant à la limite de vos capacités de -paiement, puis que les taux venaient éventuellement à augmenter.   

-Pour faire de bons calculs, ne vous fiez pas uniquement aux taux affichés par les institutions financières. Demandez à votre banque ou à un courtier hypothécaire le taux que vous êtes susceptible d’obtenir, puisque la plupart des emprunteurs obtiennent un rabais sur le taux affiché.   

-Pour rembourser plus rapidement votre hypothèque, vous pouvez opter pour un taux variable et augmenter vos paiements comme si vous aviez opté pour un taux fixe.