/finance/homepage

Héroux-Devtek abolit 10% de sa main-d’œuvre

Héroux Devtek, assemblé annuelle.

Jocelyn Malette

Durement touché par la COVID-19, le domaine de l’aérospatiale vient d’encaisser une autre mauvaise nouvelle avec la perte de 225 emplois, dont 125 au Québec, chez Héroux-Devtek.

Dans le cadre d’un projet de restructuration, le fabricant de train d’atterrissage fermera donc les installations d’Alta Précision qu’elle avait acquise l’an dernier.

Ces licenciements constituent 10 % de la main-d'œuvre totale d’Héroux-Devtek.

Les abolitions de postes ont été faites en raison de la baisse de la production dans le marché de l’aviation commerciale causée par la pandémie. Avec leurs avions cloués au sol et d’énormes pertes financières, les compagnies aériennes annulent ou reportent leurs achats.

«Nous constatons une baisse de la demande pour nos produits commerciaux. Nous devons donc prendre la décision difficile mais nécessaire de rationaliser notre structure de coûts en ajustant notre capacité de fabrication selon l'environnement actuel sans précédent. Nous regrettons les impacts qu'auront ces mesures sur les employés affectés», a affirmé Martin Brassard, président et chef de la direction d’Héroux-Devtek.

La compagnie estime que ces mesures entraineront une charge non récurrente d'environ 12 millions de dollars avant impôts, comptabilisée au premier trimestre de l'exercice 2021.

La semaine dernière Airbus Canada et Pratt & Whitney Canada avait aussi annoncé des pertes d’emplois au Québec. Pratt & Whitney Canada a fait 343 mises à pied contre 350 à Mirabel dans les anciennes installations de Bombardier reprises par Airbus.